Archives et Dossiers Secrets

Devenez rédacteurs et soyez édités sur les secrets d'état, d'histoire et de géopolique

Vous n'êtes pas identifié.

Annonce

Archives et Dossiers Secrets c'est terminé. Le blog est en "lecture seule", témoignage de l'excellence de cette expérience. Toute l'équipe d'ADS remercie la Rédaction de la maison d'Edition Export Press et l'animateur radio Jean Claude Carton pour leur soutien sans faille. Nous vous invitons à éteindre vos télés, allumez vos cerveaux et prenez désormais vos informations sur CONTRE INFO.COM

MERCI ...

aux administrateurs et modérateurs : Carthoris, House, Hieronymus, Tobeor, Keats, Pégase, Meryl, Ressac, Organik, Neo Trouvetout et Jean Luc... aux rédacteurs : John Lloyds, Infomystères, Monsieur Mondialisation, Sylv1, Pégase, Hieronymus, Stefnou, Pierre Valcourt et Nolan Romy... aux membres : Apollo, Bob Rekin, Boris, Cosmos, Crystelle, Dread, Eddymdf, Fredolenray, Garf, GrandPas, Herveboy, Jay-k, Jean Claude Carton, Max, Marius, l’Hermite, Mike7917, Michel Thys, Nanouche, Non666, Phantom, Raphaël Charles, Psd503, Saint Just, Sopalin, Succube, Thx428, Tissou, Vitriol/Patrick Burensteinas, Voyageur, Adidier, Arckangel, Aries, Asse42, Logos, Nostalgeek, Rigel, Sergueï... et aux 32 sites partenaires qui nous référencent.
On évoque parfois le livre à emporter sur une île déserte... en réalité la question qu'il faudrait se poser est : " Et si je ne devais en lire qu'un ? "COMPRENDRE L'EMPIRE" d'Alain Soral est la synthèse de tout ce que l'on peut retenir de ce triste siècle... car pour savoir il faut déjà comprendre, et une fois compris c'est un devoir de faire savoir.

#1  2 Aug 2010 12:00:43

House
Administrateur
Date d'inscription: 12 May 2010
Messages: 1042
Site web

OSNI - OANI - USO - Les OVNI de l'eau

Le terme USO (Unidentified Submerged Object) est employé en anglais afin de désigner les OVNI qui sont observés dans un contexte en lien avec des étendues d'eau (même glacées). En français il existe plusieurs dénominations telles que OANI (Objet Aquatique Non Identifié) ou OSNI (Objet Sous-marin ou Submergé Non Identifié).

http://i32.tinypic.com/21c837p.jpg



On peut douter du fait de devoir distinguer ce phénomène comme un ensemble particulier et à part des objets non identifiés dans leur ensemble, d'autant que les formes observées ne semblent pas différer de celles d'OVNI habituels (anneaux, sphères, disques, soucoupes, triangles). On peut cependant se demander si tous les OSNI sont capable d'émerger de l'eau afin d'évoluer à la surface et dans les airs ou bien s'il existe une classe d'objets évoluant uniquement dans le milieu aqueux.
J'utiliserais plus volontiers le sigle OSNI pour les OVNI en profondeur et OANI (A=Aquatique mais peut aussi vouloir dire Aéronautique ou Aérien) pour les OVNI en surface de l'eau.

D'après nos connaissances actuelles, environ 70 % de la surface de la Terre est recouverte d'eau. La quantité d'eau présente sur la planète est constante mais est moindre par rapport à la masse de la Terre (0,025%).



http://i29.tinypic.com/v44fg2.png



Près de 40 % de la population mondiale vivent sur le littoral sur une bande de terre de 60 kilomètres de largeur, 20 % à proximité d'un océan ou d'un estuaire.

Il semblerait que le type d'observation non identifié marin le plus ancien soit relatif à ce qu'on nomme des "roues lumineuses et tournantes" (voir l'extrait "Le livre des damnés"de Charles Fort dans les quelques cas documentés plus bas). Ivan T. Sanderson, biologiste américain qui avait recensé une centaine de cas entre 1875 et 1964, s'était rendu compte qu'une grande majorité de ses cas de rayons lumineux sub-aquatiques étaient aperçus dans l’Océan Indien. La contre-argumentation apportée fut que ces lumières étaient dues à un effet de luminescence biologique provenant des noctiluques marins justement plus nombreux dans cette région. Mais cela n'explique peut-être pas tous les cas. (source)

http://i30.tinypic.com/2871qw.jpg



Les cas d'observation d'OSNI/AONI se distinguent par le type de lieux d'observation qui influence le type d'observateur:
Les cas d'observation en profondeur marine sont obtenus le plus généralement par l'armée au moyen des sonars qui ont d'ailleurs leurs propres limites et défauts (voir quelques cas de détection sonar). On peut distinguer aussi les cas d'observation faites à la surface sur la côte ou au large (provenant pour beaucoup de marins), dans la mer ou dans des lacs, réservoirs, pluie etc...

http://i28.tinypic.com/1e3rpc.jpg



Le phénomène OSNI/AONI se retrouve partout dans le monde. D'après la pluralité des cas mis à jour il ne semble pas y avoir d'endroit privilégié mais d'après une sorte de consensus ufologique qui reste à définir, ces engins non identifiés seraient plus nombreux dans les eaux scandinaves et la côte Est de l’Amérique du Sud.

Il y a peu de cas d'observation en eau profonde étant donné que les militaires ont tendance a garder la chose pour eux, autant individuellement qu'administrativement. Il semble donc bien difficile de connaitre la véritable proportion de cas ufologiques strictement liés aux étendues d'eau.


On peut cela dit trouver quelques statistiques dans les cas du Projet Blue Book:



- Sur les 3201 cas retenus pour l'analyse statistique, il ressort que les cas avérés mais inexpliqués représente 22% de l'ensemble, et que ce taux atteint 38% pour les rapports faits par des observateurs militaires qualifiés (pilotes, contrôleurs, services de sécurité).(1)

- Le nombre de cas rapportés par les bateaux et les avions dans les océans Atlantique et Pacifique est de 258, c'est à dire moins de 5% du nombre total de cas rapportés.

- il y a plus de cas d'observation par des bateaux dans le Pacifique 60% que dans l'Atlantique 40% .

- il y a plus de cas d'observation par des avions dans le Pacifique 76% que dans l'Atlantique 24%.

Les proportions semblent logiques: l'océan Pacifique (179 700 000 km2, 49,7 % des océans) est le plus grand et le plus profond des océans puisqu'il recouvre 1/3 de la surface de la planète. Et l'océan Atlantique (106 400 000 km2, 29,5 %) est le 2e océan par sa superficie.

De plus, la faible proportion des cas d'observation dans les océans n'est pas surprenant du fait de la faible densité de personnes au niveau des mers comparé à celle sur Terre.

Ce la dit, ici, ne sont pas comptabilisés les cas d'observation faites par des observateurs sur la côte ni en profondeur marine, ni dans les eaux douces et autres mers que l'Atlantique et le Pacifique par exemple. Et la proportion pourrait aussi s'expliquer par le nombre de bateaux et d'avion à une époque donnée.

Voir le rapport Blue Book UFO Reports at Sea by Ships (PDF)




On peut aussi s'intéresser aux statistiques du GEIPAN en France. Seul nous intéresse le nombre de cas d'observation par habitant et par km2, pour chaque région. (le nombre de cas tout cours n'a aucun intérêt étant donné qu'il peut être relatif au nombre d'habitant.)

http://i27.tinypic.com/10znyft.png



On s'aperçoit qu'il y a un nombre de cas par habitant important en Corse (peut-il être expliqué en partie par l'effet "isolement" et par le ratio entre nombre d'habitants et surface du territoire Corse?), que les régions maritimes ne semblent pas posséder un nombre relativement plus importants qu'ailleurs de cas d'observations de PAN par habitant au km2 si ce n'est en Normandie. Cela dit, il est difficile d'interpréter les résultats; des effets socio-économiques peuvent sans doute intervenir; cela dit, le nombre de cas d'observation est influencé par la répartition géographique des habitants, en Australie par exemple les cas sont largement observés le long des côtes. Voir quelques cartes du monde de cas d'observations d'OVNI de 2008-2009.


ENQUÊTE sur les cas Russes:


A propos des informations trouvée sur internet, il se doit d'être prudent. Beaucoup de sites font des affirmations sans lien amenant à la source de leurs propos.


En 2009 la Marine russe est censée avoir déclassifié ses archives relatives aux objets non identifiés, dans lesquelles apparaissent de nombreux témoignages de détection d'OSNI par des sous-marins et d'observation directe par des plongeurs. A l'origine de cette nouvelle, cet article de svpressa. C'est là que pour la première fois se répand l'idée que 50% des cas ufologiques seraient des cas d'OSNI/AONI:



Source, traduction:




En fait, ces propos proviennent de Vladimir Azhazha qui fut le président de l'Académie russe de recherche appliquée en ufologie, et est considéré comme le père fondateur de la Fédération Ufologique de Russie. L'académicien a travaillé à une vaste collection de livres consacrée aux OVNI. A plus de 80 ans, il arbore de nombreux titres honorifiques. Aujourd'hui il est professeur à la faculté de Philosophie et à l'Institut des Affaires Politiques à Moscou, il dirige un groupe d'étudiants diplômés et doctorants. Dans les années 70 il a commencé sa carrière dans l'agence de presse Novosti à Moscou. Selon ses dires, il s'intéressait aux OVNI et avait invité un ancien sous-marinier à son club de journalistes, le contenu de ses réunions privées furent publiées à l'Ouest et cela attira la colère des autorités: les sujets ufologiques furent alors interdits en URSS.

De 1990 à 1995, il fut directeur d'un centre public d'ufologie et travailla avec d'autres ufologues. D'après ses dires, ils réussirent à rassembler un grand nombre d'informations convaincantes. Il est persuadé qu'une super-civilisation est là, qui diffère du niveau de développement humain.  Il dit avoir des informations sur ses technologies. Il explique qu'en 2000, lui et ses collègues ont reçu un brevet international pour la découverte de la "non-unicité de l'esprit dans l'univers." Le 5 janvier 2001, grâce à ce sujet, il est allé à New York au siège de l'ONU, lors d'une conférence sur la responsabilité des leaders intellectuels du développement durable du monde. Source

Certains considèrent Vladimir Azhazha, [aka Ajaja], comme un ufologue sensationnaliste, inventeur de cas d'OVNIS...(1)



Vladimir Azhazha est aussi cité dans un autre article du 22 décembre 2005 sur le site english.pravda.ru où il est déjà question de déclassification russe: celui-ci est présenté comme gardien de la "chemise bleue" dans laquelle le KGB notait les cas OVNI en tant que président de l'académie russe d'ufologie (1).


Ensuite, il faut noter que le cas des plongeurs russes* cité dans l'article de Svobodnaya Pressa en Juillet 2009 est en fait un cas datant de 1982 et fut déjà développé par une autre source datant de 2001:



Paul Stonehill écrit qu'il existe de nombreux rapports soviétiques concernant des rencontres avec des objets étranges sous la mer.
Durant l'été de 1982, Mark Shteynberg et le lieutenant-colonel Gennady Zverev dirigeant les entraînements périodiques des plongeurs de reconnaissance (hommes-grenouilles) des régions militaires du Turkestan et de Centre Asie. Les entraînements avaient lieux au lac Issyk-Kul, un lac profond dans la région des Ala-Taou Transiliens

[NDT : 42°30'N par 77°30'E, près de la frontière chinoise].
Le général-major V. Demyanko, commandant le Service des Plongeurs Militaires des Forces du Génie du Ministère de la Défense, rendit à des officiers une visite impromptue. Il venait les informer d'un événement extraordinaire qui s'était produit en Sibérie. Des hommes-grenouilles avaient été confrontés à des nageurs sous-marins semblables à des hommes mais de grande taille (environ 3 mètres de haut) ! Ces nageurs, malgré l'eau glacée, étaient vêtus de combinaisons collantes argentées.
Par 50 mètres de fond, ces êtres ne portaient pas d'appareils respiratoires, mais des casques sphériques masquant leurs têtes. Alertés par ces rencontres, le commandant militaire local décida de capturer une de ces créatures. Dans cette intention, un groupe spécial de plongeurs poursuivit un des étranges nageurs. Lorsqu'ils tentèrent de la coiffer avec un filet, le groupe entier fut projeté par une force puissante hors des eaux profondes vers la surface.

C'est en effet le magazine Nexus n°16 / article de George Filer, Archives de Filer qui avance aussi ces propos:



Les dossiers du Centre Russe de Recherches Ufologiques contiennent des rapports émanant d'officiers de marine et d'agents de renseignements.
L'information la plus intéressante sera publiée dans le nouveau livre des co-auteurs Paul Stonehill & Philip Mantle. Les dossiers secrets de la marine soviétique contiennent énormément d'informations précieuses sur des observations d'OVNIs ; les chercheurs soviétiques étaient extrêmement consciencieux.
M. Krapiva assista à des conférences données par des sous-mariniers soviétiques , ceux-ci firent état de repérage au sonar d'objets sous-marins se déplaçant à très haute vitesse. Les techniciens en hydroacoustique "entendaient" d'étrange "cibles" à grande profondeur. Leurs sous-marins étaient en fait suivis par d'autres "sous-marins". Les poursuivants modifiaient à volonté leurs vitesses et celles-ci étaient de très loin supérieures à tout ce que pouvait atteindre n'importe quel autre vaisseau au monde.
Le lieutenant-colonel Oleg Sokolov informa ses étudiants que, dans les années 1960, tandis qu'il était en service comme navigateur à bord de son sous-marin, il avait observé, par son périscope, un objet étrange sortir de l'eau et décoller.
Le professeur Korsakov de l'Université d'Odessa, rapporta que, dans les années 1950, des officiers soviétiques de la base navale de Sevastopol avaient observé et photographié, en mer Noire, un OVNI qui s'élevait de derrière un croiseur de bataille.

Paul Stonehill se présente ainsi sur son MySpace:



Mon nom est Paul Stonehill. Je suis un auteur (mon livre, The Soviet UFO Files, a été publié en 1998, en anglais, tchèque et néerlandais), consultant de la télévision, conférencier et chercheur en phénomènes paranormaux de Russie, d'Europe de l'Est, d'Asie centrale et d'Extrême-Orient. Mes articles ont été traduits et publiés dans de nombreuses langues, du français vers l'Ukraine à la Hongrie en japonais à l'espagnol. Depuis des années, j'ai étudié les rapports illégaux (au cours de la période soviétique) de l'URSS, et que ceux que m'ont envoyé les chercheurs de la CIS (après 1989), publiant mes recherches dans divers magazines sur les phénomènes paranormaux. J'ai aussi analysé ceux publiés dans les médias russes et de la CIS. Je parle couramment le russe et connait l'ukrainien, et j'ai poursuivi la recherche paranormale Russe-eurasienne depuis ma jeunesse. J'ai consulté et a été interviewé par un certain nombre de programmes TV (Discovery, TNT, History Channel, Sightings, et d'autres), ainsi que par des programmes européens et japonais et de nombreuses émissions de radio américaines. J'ai d'excellentes sources de l'ancienne Union soviétique, et recueillis du matériel et des dossiers paranormaux perdus depuis longtemps ou interdits. (forces armées, police secrète, les publications clandestines, etc.). Philip Mantle (Royaume-Uni) et moi avons écrit Mysterious Sky: Soviet UFO Phenomenon (publié en 2006, 2007 en allemand, et en 2009 en portugais).
http://www.healingsofatlantis.com/ J'ai co-écris UFO CASE FILES OF RUSSIA, the book de l'éditeur Philip Mantle.

Voici quelques sujets de mes recherches:

Recherches russes et soviétiques du KGB sur les phénomènes paranormaux. Phénomènes non identifiés sous l'eau ( USO). Les secrets du programme spatial soviétique. Les mystères de l'histoire ancienne (Europe de l'Est, l'Asie centrale, l'Empire mongol, de la Sibérie, la Chine) Expériences de voyage dans le temps dans des trains fantômes russe via des programmes de contrôle de l'esprit d'Eurasie soviétique , ESP, et célèbres phénomènes d'OVNI psychiques en Russie, Ukraine , les pays baltes, Chine. Zones d'anomalies en Eurasie russe, cryptozoologie, trésors perdus de l'Eurasie...

Certains de mes articles publiés (depuis les années 1980)
USOS IN THE RUSSIAN AND INTERNATIONAL WATERS

1, 2, 3, 4, 5, 6, 7

Dans un de ses articles posté sur internet (UFOs in the Soviet Union and Underwater Sightings), Paul Stonehill explique:

"Les dossiers secrets de la marine soviétique contiennent de précieux renseignements sur les observations d'OVNIS. Les fichiers ont été en grande partie inaccessible, même après la chute de l'URSS. Mais j'ai pu recueillir quelques informations intéressantes."

Personne ne semble savoir comment il a obtenu ces informations ...

Autre extrait de cet article qui montre son intérêt pour Vladimir Azhazha:






Finalement, à la lumière de cette petite enquête, on peux se demander quelle est la crédibilité de ces allégations russes. (Pour d'autres cas russes intéressants Lien)
Toutes ces informations n'ont pas de sources vérifiables et semblent parfois renvoyer à une vision paranormale ou peu scientifique du phénomène avec toute sa panoplie de mythes et légendes. (Intra-terrestres (théories de la Terre creuse), Triangle des Bermudes (1, 2, 3), Anciennes civilisations (Sumériens, Anunnakis, Atlantide), théorie des anciens astronautes, religion (Bible (déluge, Nephilims, ...) , la Bhagavad-Gîtâ,  Livre d'Enoch, la Bibliothèque de Nag Hammadi) etc...)




MYTHES ET LÉGENDES ?

En 1970, Ivan T. Sanderson, biologiste et fondateur de la Société pour l’investigation de l’inexpliqué, a publié un livre sur les « Résidents Invisibles ». Il y expose quelques cas analogues à ceux qui sont cité dans ce dossier.
Il suggère que, sous les océans, vit une race plus vieille que l’humanité. En avance sur le genre humain, ils ont développé une technologie qui leur permet des exploits comme les voyages interstellaires.
Pour l’auteur, les ovnis sont également leur création. Cette « race » dériverait des formes de vie qui ne quittèrent pas la mer pour évoluer. (nota bene: dans ce livre il a combiné deux versions d'un cas de 1963 (Hydrospace de Martin Caidin, 1964 et l'article de Ed Hyde "U.F.O.'s - At 4500 Fathoms!", 1966 source)

John Keel avance « qu’une force aéronavale clandestine opère sur cette planète ». Il suppose que ces bases sous-marines se situent près du cercle polaire.

Certains sont persuadés que des engins venus d’autres mondes ont établi des bases sous-marines sur Terre.



http://i31.tinypic.com/vnf1a1.jpg



Voir aussi les technologies permettant de créer des bases souterraines (1, 2) et pour le reste je vous renvoie à la partie Grands Mystères du Passé du forum.





DONNÉES SOUS-MARINES:


http://i28.tinypic.com/eb7uac.jpg




C'est sur le plateau continental (0 à -250 mètres de profondeur) que l'on trouve le plus d'espèces vivantes. Le talus continental qui descend jusque -2500 mètres abrite moins d'espèces et les algues ne poussent plus par manque de lumière. Dans la plaine abyssale, les grands fonds de l'océan situés à plus de 3000 mètres de profondeur, l'obscurité est totale et l'eau très froide. Là vivent des animaux particuliers adaptés à cet environnement. Ensuite, jusqu'à -11000 mètres de profondeur, on parle de fosses océaniques.




http://i25.tinypic.com/345kftx.png


Image interactive




http://i26.tinypic.com/33ff042.jpg



http://i30.tinypic.com/zxocxt.jpgLa profondeur à laquelle peut évoluer un sous-marin se situe dans la limite des  -1000 mètres de profondeur de façon très large, quelques exemples:



RUSSES: Le SNA 971A classe Shchouka-B (Akula II) peut officiellement descendre jusqu'à 2160 pieds (-605m); les SNLE russes type 941 classe Akula (Typhoon) peuvent officiellement descendre jusqu'à 1600 pieds (-500m); les SSGN type 949A classe Antey (Oscar II) a une profondeur maximale officielle de 2000 pieds (-600m). (cf Koursk), les Komsomolets censés atteindre -1020 mètre en 1984
USA: Le SNA US, le SSN-774 classe Virginia peut descendre jusqu'à, officiellement, plus de 800 pieds (soit -250m). Il est estimé pouvoir descendre jusqu'à 2400 pieds (-700m); le SNA SSN-688 Los Angeles (Los Angeles) ne peut atteindre que 1475 pieds (-450m) pour des raisons de choix tactiques. Il a été préféré sur cette classe une meilleure opérabilité avec les Groupements Commandos et Forces Spéciales de la Navy (type SEALs) par rapport à des meilleures performances de plongée. Il en va de même pour les SNA SSN-23 Jimmy Carter (Jimmy Carter); les SNLE SSBN-726 Ohio (Ohio) seraient capables d'atteindre des profondeurs de l'ordre de 2400 pieds également (-700m).
FRANCE: Les SNLE-NG (Nouvelle Génération) Le Triomphant (Triomphant) peut plonger jusqu'à 1300 pieds (-400m); les SNA Rubis ou Barracuda, ils ne peuvent plonger qu'à près de 800 pieds (-250m).
GB: Les SNA britanniques Trafalgar, Astute, Valiant, Swiftsure et FASM (NG) avoisinent facilement les 1350 pieds (-410m); les SNLE british VAnguard (Vanguard), ils plongent officiellement jusqu'aux alentours de 2000 pieds (-600m).
CHINE: les SNA Type-091 (Han) et Type-093 (Shang) ont une limite de plongée très limitée pour le moment. De l'ordre de 650 pieds (-200m); les SNLE Type-092 (Xia) et Type-094 (Jin) chinois peuvent atteindre 1300 pieds (-400m) pour le moment.

SNA = Sous Marins Nucléaires d'Attaque/SNLE = Sous marins Nucléaires Lanceurs d'Engins./SSGN = Sous-marins Nucléaires Lanceurs de Missiles de Croisière



Les bathyscaphes sont des engins sous-marins d'exploration abyssale. En service de 1948 à 1982, ils ont été les seuls engins capables d'atteindre les plus grandes profondeurs (-10 916 mètres, dans la fosse des Mariannes (image à droite), le 23 janvier 1960 par Jacques Piccard et Don Walsh, à bord du bathyscaphe Trieste). Aujourd'hui, seuls des engins télécommandés (ROV) tel le Nereus sont capables d'atteindre de tels endroits.



MODES DE PROPULSION:

Sous-marins:

Les sous-marins modernes ne sont pas censés dépasser les 30 noeuds en plongée (60 km/h).
On peut distinguer les sous-marins selon leur système énergétique, avec d'une part les sous-marins à propulsion nucléaire, et d'autre part les sous-marins dits « classiques » ou « conventionnels ».
Les sous-marins nucléaires disposent d'un réacteur nucléaire dont la chaleur produite est utilisée pour générer de la vapeur d'eau actionnant des turbines couplées aux hélices de propulsion (propulsion à vapeur); des turbines couplées à des alternateurs alimentant en énergie électrique tout le bâtiment, et éventuellement des moteurs électriques de propulsion (propulsion électrique). La « propulsion nucléaire » a fait son apparition dans les années 1950 avec le USS Nautilus ; elle a depuis été massivement adoptée sur les sous-marins des grandes forces navales, à savoir les États-Unis, la Russie, la France et le Royaume-Uni ; la Chine possède aussi quelques sous-marins nucléaires et l'Inde prévoit de s'en doter. L'utilisation de l'énergie nucléaire permet de rester plusieurs mois en immersion ; l'autonomie n'est limitée que par les vivres et le moral de l'équipage. Les sous-marins classiques ont une propulsion électrique, dont l'énergie est fournie par des batteries rechargées par des moteurs Diesel en surface ou à l'immersion périscopique au schnorchel, dispositif assurant l'alimentation en air du moteur au moyen d'un tube hissable et l'évacuation à faible immersion des gaz d'échappement : l'autonomie en plongée (sans marche au schnorchel) est très limitée et fonction de la vitesse (quelques heures à grande vitesse à quelques jours à vitesse très lente). Certains pays (Suède, Allemagne et France notamment) ont conduit des recherches pour développer des sous-marins anaérobies, c'est-à-dire dont le moteur peut se passer d'oxygène. Ils peuvent utiliser une pile à combustible comme pour les récents Type 212 allemands, ou des turbines à vapeur fonctionnant à l'éthanol comme sur le Type Scorpène français destiné à l'exportation.




Torpilles:

Plusieurs systèmes de propulsion sont aujourd'hui utilisés ou en tests. Ces systèmes étant l'objet de secrets technologiques stratégiques, les détails sont difficiles à obtenir. Les caractéristiques d'un système de propulsion sont : la vitesse procurée à la torpille (le milieu liquide pose des problèmes de pénétration à grande vitesse); la signature sonore de la propulsion (propulsion à poudre très bruyante, permettant la détection de la torpille).
Les différents systèmes sont habituellement deux hélices contre-rotative (afin que leurs couples s’opposent, sinon la torpille serait déviée); la propulsion à poudre (fusées). En outre, en ménageant une sortie de gaz à partir de sa tête, il est possible d'envelopper la torpille d'une bulle de vapeur, avec pour effet de minimiser les frottements avec l'eau et d'augmenter considérablement la vitesse (facteur 3 à 5, officiellement): c'est ce qu'on appelle la supercavitation. Ce mode de propulsion, mis au point par l'URSS dans les années 1970, équipe aujourd'hui les torpilles de type
VA-111 Chkval pouvant atteindre 500 km/h ; Cependant la portée est limitée à 10 km et le guidage quasi inexistant, ce qui en fait plutôt des roquettes sous-marines destinées à l'autodéfense des sous-marins. La propulsion magnétohydrodynamique, induisant dans le fluide (l'eau) des forces permettant de contrôler l'écoulement, réduire la pression en tête et la dépression en queue, ainsi qu'éventuellement par réaction une poussée ; ce type de propulsion serait à l'étude ou déjà actif et relève du secret stratégique qu'établissent les États sur leurs recherches militaires. Des torpilles transportées par missiles équipent certains navires et sous-marins soviétiques.



http://i26.tinypic.com/21ai7n7.jpg



La MHD:

Les applications possibles de la MHD sont apportées comme solution à la compréhension du déplacement des OVNI en général par certaines personnes qui s'intéressent au sujet comme le scientifique Jean-Pierre Petit. D'autres vont plus loin et pensent que la MHD découle directement de la rétro-conception d'une technologie extraterrestre.

Un accélérateur MHD (magnétohydrodynamique) est un convertisseur MHD qui met en mouvement un fluide conducteur, grâce à un champ électrique et un champ magnétique combinés.

Le principe de base est le même que celui d'un moteur électrique. Tous deux possèdent un inducteur (électroaimant) générant un champ magnétique dans un induit.

    * Dans le cas d'un moteur conventionnel, cet induit est solide : c'est une bobine constituée d'un enroulement de fil métallique.
    * Dans le cas d'un accélérateur MHD, cet induit est fluide : liquide conducteur (eau salée, métal liquide) ou gaz ionisé (appelé plasma).

Les accélérateurs MHD n'utilisent donc pas de pièce mécanique mobile, contrairement aux moteurs électriques traditionnels, ils convertissent directement l'énergie électromagnétique en énergie cinétique. Un fluide est mis en mouvement dans un champ magnétique, par un champ électrique débitant un courant électrique aux bornes d'électrodes immergées dans le fluide.


Les premières études sur la propulsion MHD en milieu océanique datent de la fin des années 1950 aux États-Unis. En 1958, l'ingénieur Stewart Way, du département R&D de Westinghouse à Pittsburgh, publie un premier rapport officiel sur le sujet. En 1961, Warren A. Rice dépose le premier brevet, en parallèle aux travaux des américains James B. Friauf et O. M. Phillips. Un second rapport de Stewart Way est publié en 1964 par l'ASME (American Society of Mechanical Engineers). En 1966, S. Way teste avec succès le premier modèle-réduit de submersible à propulsion MHD muni de deux électrodes, long de 3 mètres et pesant 400 kilos, dans la baie de Santa Barbara en Californie. Ces recherches sont stoppées durant la décennie suivante, à cause de l'impossibilité de fabriquer les bobines produisant de très forts champs magnétiques nécessaires à un rendement MHD correct. Les Soviétiques continuent cependant les recherches militaires sur la propulsion MHD des sous-marins, afin de rendre ceux-ci silencieux et donc furtifs.



La disponibilité d'électroaimants supraconducteurs, capables de produire les champs magnétiques nécessaires (plusieurs teslas), relance ensuite ces études. Aux USA, celles-ci sont destinées en priorité aux submersibles de l'US Navy. Dans les années 1990, l'Université de Pennsylvanie mène des expériences au FBNML (Francis Bitter National Magnet Laboratory) du MIT (Massachusetts Institute of Technology) en circuit fermé une configuration hélicoïdale, et obtient des vitesses d'écoulement de 3,7 mètres par seconde et un rendement de 10 % avec un champ magnétique de 8 teslas. En parallèle à ces recherches universitaires, l'US Navy ne commente pas les éventuelles réalisations effectives, mais publie à la même époque plusieurs brevets décrivant des sous-marins à propulsion MHD et à diminution de la traînée par contrôle de la couche limite en poupe.

Les Japonais mènent des recherches civiles sur la propulsion MHD depuis les années 1970. L'université de la marine marchande de Kobé réalise en 1976, sous la direction du physicien Yoshiro Saji, une première maquette suivie d'une seconde de 3,6 mètres de long pesant 700 kilos en 1979, et envisage à cette époque la future construction d'un brise-glace sans hélices propulsé par MHD. Le premier véritable navire à propulsion MHD, le Yamato 1 (utilisant 12 accélérateurs linéaires de Faraday) navigue pour la première fois en 1992.



http://i29.tinypic.com/28vy6op.jpg



La Chine teste également à la fin des années 1990 un prototype de bateau à propulseur MHD hélicoïdal muni d'un électroaimant de 5 teslas, le HEMS-1, et entreprend un partenariat avec le Japon pour tester la propulsion MHD en laboratoire avec des champs magnétiques de grande intensité (15 teslas).

En France, le physicien Jean-Pierre Petit du CNRS réalise, à l'IMFM (Institut de Mécanique des Fluides de Marseille) en 1976, l'annihilation de la vague d'étrave et de la turbulence de sillage autour d'un profil cylindrique, immergé dans un courant d'eau acidulée dans un champ magnétique de 4 teslas, par les forces de Lorentz en écoulement externe. Dans les années 1990, la Marine nationale passe un contrat avec l'Université Grenoble-1, afin d'effectuer au LEGI (Laboratoire des écoulements géophysiques et industriels) une veille technologique sur la propulsion MHD.

- RR0
- Article "Le Silence d'Octobre Rouge" de Jean-François Augereau, Le Monde
- GEIPAN, PDF: Etude Hydrodynamique, Etude Magnetohydrodynamique, Etude sur la physique des PAN (clique droit et "enregistrer sous")





Quelques CAS OSNI/AONI documentés:




(Roues de lumière: Extrait "Le livre des damnés" Chap. 5, Charles Fort, 1919)
voir aussi d'autres cas de rayon de lumière dans un plan d'eau.

http://i27.tinypic.com/5maihz.jpg



18 juin 1845: Les passagers du brigantin Victoria, naviguant à mille trois cents kilomètres d'Adalie, en Asie mineure, ont vu trois corps lumineux sortir de l'océan à une quarantaine de mètres du navire. Les trois "objets" restèrent visibles durant dix minutes. (1)



15 Août 1663: Belozero, Russie: Extrait du rapport du monastère St Cyrille: "Le paysan Levka Fedorov du village de Mys m'a dit ce qui suit: ... de diverses terres et de divers domaines se tenaient des gens à la messe,... en grande foule.. et à ce moment-là retentit, venant des cieux, un bruit très fort et beaucoup de gens sortirent sur le parvis et virent... du côté hivernal du plus clair des cieux, non d'un nuage, sortit un grand feu sur Roboziero et se dirigea vers le Midi, le long du lac, au-dessus de l'eau et avait cette flamme vingt sagènes (1 sagène = 2,13 m) et davantage de toutes parts, et une fumée bleue était à côté et devenant la flamme, sur vingt sagènes, deux rayons de feu aussi ... et du grand feu et des deux flammes plus petites, plus rien ne fut. Après une heure environ, le même feu revint à nouveau sur le lac, de la place même où il avait la première fois disparu et alla du midi vers l'ouest sur une demi-verste (1 verste = 1.066m) et disparut de la même manière. La troisième fois ce feu devint plus effrayant que la première par sa grandeur et par la suite s'en alla vers l'ouest. Et resta en tout sur Roboziero, ce feu, au-dessus du lac, environ une heure et demie et ledit lac à deux verstes en long et une en travers... Sur le lac naviguaient des paysans dans une barque et la flamme de ce feu était si brûlante qu'ils ne purent s'en approcher. Et le lac lui était éclairé jusqu'au fond, au plus profond, au centre il, ce lac, quatre sagènes et le poisson qui s'enfuyait vers les rives, tous l'ont vu et en dessous du feu, l'eau devenait par la flamme, comme couverte de rouille. (1)


22 mars 1870: Cap vert: Le capitaine F. W. Banner, commandant du " Lady of the Lake", fait le point et porte sur son livre de bord: "... les matelots de mon navire ont vu dans le ciel un nuage remarquable. Il avait une forme circulaire avec un demi cercle inscrit divisé en quatre parties, le trait de division commençant au centre du cercle et s'étendant vers l'extérieur, puis se recourbant en arrière. L'objet évoluait d'un point situé à 20° au-dessus de l'horizon jusqu'à un autre situé à 80°. Puis il se dirigea vers le NO alors qu'il était venu du SO. Il était gris-clair, soit couleur nuage, beaucoup plus bas que les autres nuages, il se déplaçait contre le vent. Il se présenta obliquement par rapport au vent puis se décida à filer droit dans l'œil même du vent. La forme fut visible pendant une demi-heure. Elle disparut à cause de l'obscurité. (1, 2, 3)



http://i25.tinypic.com/iypiti.jpg




Mars 1945: Iles Aléoutiennes: A bord du navire de transport et d'attaque "Delarof," 14 marins ont vu une sphère sombre sortir de l'océan, suivre une trajectoire courbe, et voler au loin après avoir fait des tours autour de leur navire. (1)


10 février 1951: Océan Atlantique: Le Lieutenant réserviste de l'US Navy Graham Bethune, copilote sur le vol 125 de Keflavik, rapporte: "Alors que je volais dans le siège de gauche sur un trajet à 230 degrés à la position 49-50 Nord et 50-03 Ouest, j'ai observé une lueur au-dessous de l'horizon à environ 1.000 à 1.500 pieds au-dessus de l'eau. Nous avons observé son cours et mouvement pendant environ 4 ou 5 minutes avant d'attirer l'attention des autres membres d'équipage... Soudainement son angle d'attaque a changé, son altitude et sa taille ont augmentés comme si sa vitesse dépassait les 1.000 miles par heure. Elle s'est rapprochée tellement rapidement que notre première impression était que nous allons vers une collision en plein air. En fait son angle a changé et sa couleur a changé. Il est ensuite apparu comme sans aucun doute circulaire, orange rougeâtre sur son périmètre. Il a inversé son vol et a triplé sa vitesse jusqu'à ce qu'il ait disparu hors de vue au-dessus de l'horizon. En raison de notre altitude et de la distance trompeuse au-dessus de l'eau il est presque impossible d'estimer sa taille, distance, et vitesse. Une évaluation grossière serait d'au moins 300 pieds de diamètre, d'une vitesse de plus de 1.000 miles par heure, et il s'est approchée à moins de 5 miles de l'avion." (1)



Mai 1958, Octobre 1959 et Janvier 1960: Golfe Nuevo: Le Golfe Nuevo a été la scène d'une série de contact sous-marins mystérieux (1, 2, 3, 4)


Février 1961: Carélie, URSS: un garde forestier, Vassili Brodski, remarque une énorme fosse (27 m de long, 15 de large et 3 m de profondeur) qui mène au lac gelé de Korb, sur la rive en falaise Sud comme une brèche, et qui n'existait pas la veille à 21 h. Les bûcherons de la région n'ont rien vu, rien entendu. Un objet percutant semble avoir creusé la falaise, la glace et le fond du lac creusant une fosse de 1000 m3 avalant le sol gelé, avoir enfoncé la glace dans le fond et avancé de 20 m sur le fond en poussant un bourrelet de 1,5 m de terre vaseuse et être ressorti en marche arrière. L'objet n'a pas été vu mais a laissé des fragments de nombreux métaux. Les morceaux de glace brisée sont d'un vert émeraude dont nulle analyse ne pourra explique la nature ni l'origine. D'étranges grains noirs recueillis sur la rive révèlent une composition chimique métallique si complexe qu'elle ne pourrait être obtenue que par des opérations effectuées à très haute température ; ils résistent à l'action des acides. On en conclut que ces grains ont une origine non-organique et probablement non-naturelle. Depuis, la végétation à l'intérieur de la fosse est inexplicablement luxuriante mais, en dépit de tant d'énigmes, les recherches n'ont pas été poursuivies, parce que le phénomène n'est pas dangereux pour l'homme. (1, 2, (LES OVNIS EN URSS et dans les pays de l'est, Robert LAFFONT 1976)) 



1er août 1962: Le Brusc, France: Dans la nuit, trois pêcheurs dans deux bateaux, virent une sorte de sous-marin émerger lentement de l'eau. Trois hommes-grenouilles sortirent de la mer et montaient à bord de ce navire. L'un des pêcheurs les appelait par haut parleur, mais ils ne répondirent pas, sauf l'un des trois qui fit un signe du bras. Quand ils avaient intégré le navire, celui-ci sortit de l'eau, planant sur place, paré de lumières rouges et vertes. Un projecteur blanc s'alluma et se dirigea vers les bateaux de pêche. Ensuite les lumières de la chose s'éteignirent, tout l'engin devint lumineux orange, se mit à tournoyer de plus en plus vite pour tout à coup s'élancer en une fraction de seconde vers le ciel où il disparut. Les pêcheurs n'ont entendu aucun bruit autre que celui des vagues. (Janet and Colin BORD: "Modern Mysteries of the World" - Guild Publishing London 1989, p. 166)



http://i31.tinypic.com/15ow60y.jpg





Fin de l'été 1963: Key West, Puerto Rico: Lorimer A. Grant était sur le USS Sarsfield au départ de Puerto Rico à Key West à 24 noeuds, le sonar perçu un objet de grande taille de 300 à 400 pieds sous l'eau. (1)


31 octobre 1963: Brésil: Rute de SOUZA (8 ans), fille d’Elidia de SOUZA qui habite près d’Iguape entendit un étrange grondement, de plus en plus fort et, cherchant d’où venait le bruit, elle vit avec terreur un objet argenté approchant de la rivière, près de sa maison. L’objet survola le toit, puis elle-même, heurta la cime d’un palmier et se mit à ’’se tortiller ’’ et à se débattre en l’air au-dessus de la rivière. Il tomba enfin dans la Peropava, près de la rive opposée. (1)


Août 1965: Mer Rouge: L'équipage du navire a vapeur RADUGA, alors qu'il naviguait dans la mer rouge, observa un phénomène inhabituel. A deux miles de distance, une sphère ardente surgit de la mer et survola la surface de l'océan, l'illuminant. La sphère faisait soixante mètres de diamètre, et elle survolait la mer a une altitude de 150 mètres. Une gigantesque colonne d'eau rose surgit alors que la sphère émergée de la mer et s'écroula un moment plus tard. (1)


11 janvier 1966: New-York, USA: la presse locale fut submergée de rapports de ‘’soucoupe volantes’’ alias Flying Saucers, observées autour et au dessus d’un vaste lac de retenue, dans le nord-est du New Jersey, appelé lac WANAQUE, alimentant JERSEY CITY. L’affaire fut reprise par les agences de presse et s’enfla démesurément et dura prés de deux ans. (1, Sceurman, Mark, and Mark Moran. Weird N.J.: Your Travel Guide to New Jersey's Local Legends and Best Kept Secrets. New York: Barnes & Noble, 2003.)



19 janvier 1966: Australie: A Tully, dans le Queensland en Australie, le 19 janvier 1966, George Pedlez, propriétaire d'une plantation de bananes, conduit son tracteur près des marais du Horseshoe Lagoon et entend alors un très fort sifflement, comme celui de l'air s'échappant d'un pneu. A environ 25 mètres de lui, il voit une machine qui décolle du marais, de couleur bleu-gris et mesurant environ 25 pieds de large et 9 pieds de haut. L'engin tourne et s'élève de 3 mètres, puis file dans le ciel en l'espace de quelques secondes. Pedley découvre par la suite ce qui a été appelé un "nid de soucoupe" par la presse ensuite: dans le marais, sur un cercle, la végétation avait été soufflée de manière circulaire, dans le sens des aiguilles d'une montre, sauf les roseaux qui avaient déracinés. D'autres "nids de soucoupes" analogues seront découverts à proximité. Par la suite, des gens du coin se mettront à faire des cercles en aplatissant des céréales dans les champs comme farce pour faire croire à d'autres atterrissages de soucoupes volantes. Un des habitants, Doug Bower, importera cette idée en Angleterre plus d'une décennie plus tard, et avec son ami Dave Chorley, ils entreprendront de faire la même farce là bas, qui donnera lieu petit à petit à ce que l'on appelle le mystère des "crop circles". (1)


18 janvier 1967: Sjællands, Danemark: Deux enfants vont observer un OVNI près de la rive dont sortira 8 êtres. Tandis que l'appareil avait été en vol stationnaire au-dessus du rivage, selon le garçon, quelque chose avait été jeté sur la plage. Une substance pourra être étudiée plus tard. (1)


Octobre 1967: Shag Harbor, Canada: Laurie Wickens et 4 de ses amis roulent à travers le petit village de Shag Harbour sur la route n° 3, lorsqu'ils remarquent quelque chose d'inhabituel en l'air devant leur voiture : un phénomène estimé à 60 pieds de long environ, de couleur ambre et à l'apparence de "bol", portant 4 feux brillants clignotant en séquence, incliné à 45° et s'apprêtant apparemment à tomber dans les eaux du port. Au moment de l'impact, un éclair brillant est observé en même temps qu'un énorme bruit d'explosion. Wickens tente de garder l'objet en vue tout en continuant à conduire à travers le village vers l'ouest. (1, 2, 3, 4, 5)






Vidéo Incident à Shag Harbor 1/4


Vidéo Incident à Shag Harbor 2/4


Vidéo Incident à Shag Harbor 3/4


Vidéo Incident à Shag Harbor 4/4





1968: Lac Upprämen, Suède: Deux pêcheurs découvrirent un trou de 500m dans la glace, alors épaisse de 90cm, qui recouvrait le lac. Cette excavation était de forme parfaitement triangulaire et des blocs de glaces d’un mètre parsemaient la surface du lac, sur une grande superficie et tout autour. Les plongeurs ne trouvèrent aucun vestige sinon une matière pelliculaire rougeâtre de nature indéterminée. On découvrit d’autres trous triangulaires dans la glace de plusieurs lacs proches, dont un aussi grand que le premier.
Dans l’édition du 21 avril 1968 du quotidien Dagens Nyheter, un météorologue suggéra que ces trous avaient peut-être été provoqués par une explosion consécutive à un courant d’air chaud atteignant la surface de la glace ; ce n’était là qu’une simple hypothèse théorique, rien de tel n’ayant jamais été observé. (1)


mai 1969: Conception Bay, Canada: (1), documents CIRVIS:





Traduction:





18 Avril 1974: Détroit de Gibraltar:





Décembre 1977: Novy Georgy  Island: Non loin de l'Ile du Sud en Géorgie, l'équipage du chalutier de pêche VASILY KISELEV a observé un objet en forme d'anneau s'élever hors de la mer. Son diamètre était entre 300 et 500 mètres et il mit en panne le radar du chalutier. L'objet a plané au-dessus du secteur pendant trois heures, et puis a soudainement disparu. (1)



1978: Italie: Une vague OVNI déferle sur l'Italie.  Plus de 500 rapports furent recueillis. Le long des côtes de l’Adriatique, la liste des phénomènes inexpliqués comprenait des colonnes d’eau s’élevant à 30 m par mer calme, des lumières rouges et blanches suivant les bateaux de pêche la nuit, des osnis sur ou sous la surface de l’eau, émergeant et plongeant en produisant des interférences électriques sur les radars, radios et télévisions.
Les pêcheurs finirent par exiger une protection militaire pour sortir en mer. (1, 2, 3)



1982: Turkestan: * Mark Shteynberg, en compagnie du lieuteneant-colonel Gennady Zverev, conduisaient les excercies d'entraînement réguliers des plongeurs de reconnaissance du Turkestan et des régions militaires d'Asiatiques Centrale. Les exercices de formation avaient lieu au lac Issik Kul, un lac d'eau profonde dans la région de Ala Tau de Transiliysk. Tout à fait inopinément les officiers ont eu la visite du Major-General V. Demyanko, commandant du service militaire des plongeurs du Génie du ministère de la défense. Il est arrivé pour informer les officiers locaux d'un extraordinaire événement qui s'était produit pendant des exercices en Sibérie. Les hommes-grenouilles avaient rencontré des nageurs sous-marins mystérieux, d'aspects assez humain, mais de taille énorme (presque trois mètres de hauteur)! Ces plongeurs inconnus étaient vêtus de costumes argentés très ajustés, en dépit des températures glaciales de l'eau. A une profondeur de cinquante mètres, ces "nageurs" ne portaient pas de scaphandres autonomes, mais des sortes de casques sphériques cachant leurs têtes. (1)


Juin 1984: Mer Méditerranée: le matelot Alexandre G. Globa était à bord du pétrolier Gori, à 20 miles du détroit de Gibraltar. A 16h00, Globa était de quart auprès du premier officier S. Bolotov lorsqu'ils observèrent un objet polychrome étrange. Passé sur l'arrière, l'objet s'immobilisa brusquement. Très excité, Bolotov secouait ses jumelles en hurlant :"c'est une soucoupe volante, une vraie, mon Dieu ! regardez, vite, vite !" Regardant à travers ses jumelles; Globa vit, vers l'arrière, un onjet assez plat qui ressemblait à une poêle à frire à l'envers. L'OVNI brillait de reflets gris mettaliques. La partie inférieure avait une forme ronde, nette, d'environ 20 m de diamètre. Tout autour de la base de cette partie, Globa observa des protubérances "ondoyantes" sur la paroi. Le corps de l'objet était constitué de deux demi disques, le plus petit étant au dessus, qui tournaient lentement en sens opposés. A la circonférence du disque inférieur, Globa aperçut un grand nombre de points brillants comme des perles de lumière. La partie inférieure de l'OVNI semblait régulière et lisse, de couleur jaune d'œuf, et au centre Globa discerna la trace d'une sorte de tuyau circulaire. Au bord du fond de l'OVNI, apparaissait nettement une sorte de tuyau qui brillait d'une lueur rosée, étrangement brillante, comme un tube au néon. Le dessus du disque médian était couronné de quelque chose de triangulaire qui semblait en mouvement dans le même sens que le disque inférieur, mais beaucoup plus lentement. [NDT : la description d'origine manque de cohérence, nous nous sommes efforcés de la rendre aussi claire que possible]. Brusquement, l'OVNI sauta plusieurs fois, comme soulevé par une vague invisible. De nombreuses lumières illuminèrent sa partie inférieure. L'équipage du Gori essaya d'attirer son attention à l'aide d'un projecteur de signalisation [NDT : une lampe Aldis]. Entre temps, le capitaine Sokolovsky était arrivé sur le pont avec tous les hommes ; le premier officier et lui observaient l'objet avec concentration. Cependant, l'OVNI fut apparemment dérangé par un autre navire qui approchait par bâbord, c'était un vraquier arabe en route vers la Grèce. Les arabes confirmèrent que l'objet avait survolé leur navire. Une minute et demi plus tard, l'objet changea de trajectoire, s'inclina sur la gauche, accéléra et monta rapidement. Les marins soviétiques observèrent qu'en apparaissant et disparaissant tandis qi'ils traversait les nuages, il brillait par moments au soleil. Alors l'OVNI s'embrasa comme une étincelle et disparut instantanément. (1)



1994: Mer Adriatique: Un opérateur radar témoin d'un phénomène inexpliqué. (1)   

1994: Lac Gosford, Australie: De nombreux témoins honnêtes et crédibles tels que des policiers, des universitaires retraités, des chefs d’entreprise déclarent avoir observé un objet brillant, rond et métallique aspirer l’eau d’un lac voisin. On a vu aussi l’objet montrer un certain intérêt pour les automobilistes puisque au moins deux témoins mentionnent que l’objet a envoyé une lumière sur leur voiture et les a suivi un moment. Des douzaines d’appels ont été faits à la police locale et il y a eu des articles dans les journaux, décrivant ce que les gens avaient rapporté. Beaucoup d’observations plus récentes apportent la preuve, que certains ovnis ne cachent pas leur présence. Il devient apparent que la divulgation vient peu à peu de la part des Extraterrestres eux-mêmes.






8 Février 1996: Région de Nice: Vers 21h30, deux policiers municipaux de Vallauris observent une énorme boule verte qui se dirige vers le large et plonge dans la mer.
Son immersion dégagea une importante fumée.
Les deux policiers donnent l’alerte, et des pompiers prirent la mer, à Antibes et à Cagnes-sur-Mer.
Ils patrouillèrent sans rien trouver d’anormal, aucun débris ne flotte sur la Méditérranée.
Le lendemain matin, vers 9h00, trois hélicoptères survolent la zone au large de Nice.
L’article d’André Luchesi, dans le Nice-Matin du 12, nous apprend qu’à Villeneuve-Loubet,un ancien pilote militaire et son épouse, observent vers 20h30 ( soit une heure avant les deux policiers de Vallauris ), le scintillement intense d’une grosse forme lumineuse, de couleur blanc jaunâtre.
Cette forme aux contours imprécis était visible au-dessus des collines au nord de Marina Baie des Anges, et dura environ une heure.Selon le journaliste de Nice-Matin, un automobiliste, se trouvant dans les quartiers nord-est de Nice, assista au passage d’une énorme boule blanche en direction de Monaco.
Un autre automobiliste, se trouvant sur l’autoroute à hauteur de Fréjus ( donc beaucoup plus à l’ouest ) vit pendant quelques secondes une énorme boule blanche descendant vers l’Esterel. (1)



23 Novembre 2007: Le navire l'Explorer part du port d'Ushuaïa en Argentine le 11 novembre 2007, pour une croisière de 19 jours suivant les traces de l'explorateur Ernest Shackleton à travers le passage de Drake. Après avoir visité les îles Falkland et la Géorgie du Sud, le navire touche un objet submergé non identifié dans le détroit de Bransfield près de l'île du Roi-George, le 23 novembre 2007, causant une brêche de 25 x 10 cm. (1, 2)



16 Février 2008: Cape Breton Englishtown, Canada: Hors de l’eau, à environ un kilomètre, apparut une grande forme triangulaire. Il avait une lueur bleuté mais pas très brillante. Il s’est tenu au-dessus de l’eau pendant 5—10 secondes et puis alla tout droit. Nous regardions alors vers le haut pour le voir. Il était à environ 915 mètres (3,000 pieds) dans le ciel et nous avons calculé qu’il faisait environ 60 mètres (200 pieds) de long et 23 mètres (75 pieds) de large. Deux mêmes [vaisseaux] sortirent de l’eau dans la même zone et firent la même chose que le premier. Nous regardions alors 3 OVNI(s) dans le ciel. Ils allèrent de plus en plus haut, quasiment tout droit, puis c’était comme s’ils se réunissaient ou se rapprochaient beaucoup. Ils se sont dirigés vers le nord et ressemblaient maintenant à des étoiles dans le ciel. Ils devinrent en quelque sorte plus brillants et disparurent dans le ciel. Nous avons calculé que c’était à 128 km (80 miles) ou du genre, au nord de nous, et en 1 minute ils disparurent. (1, 2)




AUTRES CAS

* ufocasebook

* ufoevidence

* bibliotecapleyades.net

* waterufo.net

* anakinovni.org

* ufoinfo.com (Paul Stonehill ... )

* Claude Burkel, magazine Top Secret avril-mai 2006 pages 24 et 25:

Christophe Colomb, dans son journal, lors de son premier voyage, l'illustre explorateur raconte en effet un événement spectaculaire. Alors que le 15 septembre 1192, les deux caravelles, la Pinta et la Ninia, et la nef, la Santa Maria se trouvaient dans la partie occidentale de la mer des Sargasses, les 90 hommes d'équipage et Colomb lui-même purent observer une "immense traînée de feu" qui creva le ciel avant de disparaître dans les eaux, "à quatre ou cinq lieues de distance'.
Il existe de nombreuses autres observations de ce type et des bien plus étranges encore comme nous avons pu le voir notamment dans TOP SECRET N°23 page 27, avec les mémoires du comte de Forbin, et aussi avec le dossier sur les phénomènes mystérieux de Puerto Rico (TS 22, 23).






- À Nice, au mois d'août 1608, les habitants assistent au spectacle de trois ovnis lumineux  évoluant à grande vitesse au-dessus de la ville. Les trois engins descendent au ras des flots où ils provoquent un bruyant bouillonnement avec un dégagement de vapeur colorée.

- L'auteur Peter Kolosimo raconte qu'un phénomène extraordinaire se produisit au XX' siècle durant le tremblement de terre de Sankiru au Japon, le 3 mars 1933. Ce jour-là, la mer se retira pour laisser voir à des centaines de témoins ébahis, un halo luminescent de couleur bleuâtre qui reposait sur le fond de l'océan

- Durant l'été 1955, le cargo Atlantic-city était à moins d'un jour de la mer, de Newport en Virginie. W.J. Morris était de quart et se trouvait sur la passerelle avec un officier. Soudain, les deux hommes ont aperçu une grosse boule de feu qui se dirigeait vers le bateau. La boule est passée juste au-dessus du navire, sans faire le moindre bruit, avant de plonger dans la mer, occasionnant une étrange turbulence à la surface de l'eau. Le cargo s'est alors mis à faire des cercles. Le compas gyroscopique est tombé en panne et la commande électrique de la barre n'a plus fonctionné durant le reste du voyage...

- Un soir de juillet 1957, à Sao Sébastiao, sur la côte méridionale du Brésil, le professeur Joao de Freitas Guimaraes, homme de loi et professeur à la faculté de Santos, était assis près du rivage quand il vit un appareil lumineux, en forme de chapeau, surgir brusquement de la mer.

- En août 1962, à Mar del Plata en Argentine, M. Vicente Bordoli, camionneur de son état, a rapporté que plusieurs fois, à l'occasion de ses nombreux déplacements dans le sud du pays, il a vu, en longeant la côte Sud-Atlantique, d'étranges engins lumineux qui pénétraient dans la mer pour en ressortir quelques instants plus tard. Ce comportement montre bien que ce ne sont pas des engins en perdition qui tombent à l'eau. Au contraire les témoins sont unanimes sur ce point : les objets semblent plonger délibérément dans les océans et tout indique qu'ils peuvent en ressortir quand bon leur semble.

- Le 20 septembre 1964, en Patagonie, dans le golfe San George, un magistrat de Caketa-Olivia, Juan Bacelloni, a vu de nuit, quatre étranges objets surgir dans le ciel, décrire des paraboles et plonger tous ensemble dans la mer. Ils en ressortirent un peu plus tard pour s'élever et disparaître pour de bon.

- Le 4 août 1967, à Recife au Venezuela, un ingénieur nommé Hugo S. Yepes se promenait sur la plage quand il aperçut un objet en forme de disque sortir de l'eau. Il plana quelques secondes à un mètre de la surface de l'eau puis s'éleva lentement avant de s'éloigner.

- Le 11 janvier 1968, le navigateur de commerce Aurelio Negrin Armas était en train de pêcher au large de Santa Cruz de Ténérife (Canarie, Espagne) quand il vit apparaître un objet très rapide qui, sans transition, descendit et entra dans la mer.

- En 1968 toujours, le 12 février, à quatre milles en mer, face à Quintero, au Chili, l'équipage de la barque de pêche "carol" a aperçu un étrange objet à la surface de la mer. Cette chose ne tarda pas à s'enfoncer dans les profondeurs de la mer.

- Le 14 août de la même année, une centaine de témoins a pu suivre sur 700 km de côte, la trajectoire de cinq objets extrêmement brillants qui émergèrent du golfe de San Matias et plongèrent dans le golfe de San Jorge sans plus réapparaître. Ces témoins étaient disposés tout au long des côtes de l'Argentine.

- Au large de Gênes c'est un combat aérien qui a lieu entre des apparitions volantes et d'autres émergeant de la mer. Les soldats de la forteresse tireront huit cents coups de canon pour chasser les ovnis.

- Le 12 novembre 1987, au Cap Race dans l'Océan Atlantique, une énorme sphère de feu fut observée par les marins du navire "le Sibérien", alors qu'elle s'élevait de l'eau. Les hommes purent voir la sphère d'assez près puisqu'elle s'approcha à une vingtaine de mètres du bateau avant de filer comme une flèche vers le Sud-Est.

* oani.ifrance:



Quant aux lacs naturels, voici un cas d’un intérêt exceptionnel. Il concerne les lacs TITICACA et HUAYPO, situés, pour le premier à la frontières du PEROU et de la BOLIVIE, pour le second, au PEROU à 12 kilomètres au nord de CUZCO, la vieille capitale INCA:

- En novembre 1969, le chroniqueur Carlos COMENA, journal du soir "Ultima Hora" de Lima, est allé voir le commandant du port du lac TITICACA, le Senor Mario DELGADO. Selon les déclarations de ce dernier "
ce n’est plus un secret qu’a Puno les O.V.N.I.S. passent à chaque moment en direction du lac et y disparaissent". (PUNO est une ville portuaire situé sur la rive occidentale du lac, un des plus grand lac de montagne du monde). Une entrevue avec deux officiers de marine de seconde classe, les Senores Genaro AGUILAR et Juan VALLE, lui a permis d’apprendre qu’en une autre occasion, divers objets volants non identifés arrivèrent lentement en formation triangulaire et disparurent dans le lac (lequel est à 3812 mètres d’altitude et a une surface de 8340 km²).

On a observé dans le lac HUYPAO des phénomènes semblables. Ainsi, courant 1968, selon Monsieur Ruben TIZZIANI, correspondant de la revue argentine "2001", les originaires du lieu certifient que tous les samedis soir, un étrange corps lumineux s’immerge dans les eaux du lac pour en ressortir les lundis matin (article de M Ruben TIZZIANI paru dans le n° 6 de la revue "2001" en date du 20 décembre 1961 (page 34) et ayant pour titre ‘’OVNIS sobre CUZCO: cotiadiano y real’’, soit en français "OVNI sur CUZCO: quotidienne réalité".). Quant aux lacs de retenue, ils occupent une place relativement importante dans l’histoire des O.A.N.I. d’eau douce.

* Henry Durrant - Guy Tarade: Les dossiers des o.v.n.i.  (p 47-54) :







Liens à visiter:
Collection de sons provenant de la mer
Forum unexplained-mysteries



Vidéos:

UFO Files:

*Deep Sea UFOs: 23 janvier 2006: A look at reports of USOs "Unidentified Submerged Objects", throughout history – from the ancient legends of Atlantis, to the reports of Christopher Columbus, to modern sightings around Laguna Cartagena, Puerto Rico (a supposed USO hot bed). Lien

*Deep Sea UFOs: Red Alert:10 juillet 2006: A continued investigation into the "USO" phenomena, studying a 1992 incident off Catalina Island near Los Angeles to the continual UFO/USO activity surrounding the USS Roosevelt during her 20-year service. Lien



Chasseurs d'OVNI:
http://www.dailymotion.com/Introcrate/v … s-1-d_news
http://www.dailymotion.com/Introcrate/v … s-2-d_news
http://www.dailymotion.com/Introcrate/v … s-3-d_news


"Pour le sceptique, le doute est une fin; pour l’esprit méthodique, le doute est un moyen."

Hors ligne

 

#2  3 Aug 2010 23:48:00

House
Administrateur
Date d'inscription: 12 May 2010
Messages: 1042
Site web

Re: OSNI - OANI - USO - Les OVNI de l'eau

Beaucoup de cas en Australie, voir sur Google vidéo





Cliquez sur les triangles pour changer de page





"Pour le sceptique, le doute est une fin; pour l’esprit méthodique, le doute est un moyen."

Hors ligne

 

#3  8 Aug 2010 12:24:10

House
Administrateur
Date d'inscription: 12 May 2010
Messages: 1042
Site web

Re: OSNI - OANI - USO - Les OVNI de l'eau

Vladimir G. Azhazha selon l'excellent Boris Shurinov (ufologue russe qui a démonté le cas de l'autopsie du KGB)

Vladimir Guéorguiévitch Azhazha est un cas à part, même extrême. On peut admirer son énergie, déployée envers les bénéfices de toute société à caractère publicitaire. Mais non, ce n'est que le destin qui a voulu que lui, un ancien marin, une fois sur la côte, ait très vite senti d'où soufflait le vent.  Il s'est avéré que le vent soufflait dans le Triangle des Bermudes dans le sens des OVNI ...

Au début tout se passait bien, malgré le fait que l'émission sur le triangle des Bermudes S.P.Kapitsej fut peu fructueux.
Puis il fit connaissance de F.J.Zigelem et coopéra avec lui. Puis il y eu une rupture irrémédiable entre eux.

Le conférences de V.G. Azhazha sur les objets volants non identifiés étaient très populaires à l'époque. Je dirais même que personne après les événements de Pétrozavodsk (septembre 1977) et jusqu'au début des années 80 n'avait eu un tel succès que VG Azhazha avec sa conférence sur "l'esprit dans le cosmos. Les faits et les hypothèses".

http://i36.tinypic.com/343i711.jpg



Hélas, dans le milieu de l'ufologie, il est rapidement devenu clair que Azhazha était un vulgarisateur au plan littéraire.
L'exactitude de la présentation du document ne l'intéressait pas, il embellissait facilement n'importe quelle histoire, en lui ajoutant des éléments choisis. Parmi les images illustrant chaque cas prédominait des faux. Mais qui dans la salle pouvait connaitre la solidité des documents et les variations sur le thème de la poule de Riaba ?

En 1978, Felix Siegel écrit: "Ayant reçu de la matière à exploiter de ma part, Azhazha a fait du problème OVNI une petite entreprise personnelle. Hélas, les activités aventurières d'Azhazha continuent et on ne saurait dire combien de maux elles apporteront encore au problème." Siegel ne se trompait pas.

Très vite, l'ufologie soviétique avait été divisé en deux camps: Y. F. Siegel et son entourage sur les archives des "Observations OVNIS en URSS"; et V. G. Azhazha avec ses conférences mais presque sans aucune littérature sérieuse. La dessus, il y avait la censure du milieu universitaire à l'action contraire aux discussions d'objets volants non identifiés ... et encore un tas de différents autres non-sens... Mais tout cela existait bien.

En 1977-78, une personne souhaitant en apprendre plus sur les OVNI se trouvaient inévitablement dans l'un des deux camps opposés et acquérait inévitablement le statut persona non grata aux yeux de l'autre partie. Mais Azhazha laissait son numéro de téléphone personnel à la fin de chaque conférence et cela le rendait plus accessible pour les gens.

En 1979, l'ufologie dans le pays est déjà multipolaire. Leningrad, Nijni-Novgorod, Novossibirsk, Kharkov, Kiev ... Rien qu'à Moscou, il y avait plusieurs centres où les gens accouraient intéressés à l'ufologie.

Au début des années 80, nous nous sommes séparés de V.G.Azhazha, parce que c'était inévitable : supporter la profanation de la plus grande énigme de tous les temps et des peuples je ne pouvais pas. (Il est intéressant de noter que le défunt G. Nazarov, alors chef du Centre de la gestion des vols, qui a beaucoup fait pour nous au sujet des OVNI et qui est toujours rester dans l'ombre  avait prédit "la rupture" au premier jour de mon apparition à la séance du groupe qui eu lieu je crois au début de 1978.)

Après la création de la commission "Tous-Unis"(conseil de sociétés scientifiques et techniques) en 1984, connue sous le nom de conseil de Troïtsk, les dirigeant de cette union publique ont fait de leur mieux pour étouffer le projet en ignorant Azhazha et Siegel. (Avec Siegel et Azhazha, j'étais pour la coopération au niveau de la commission, bien que ne soutenant pas la coopération avec Azhazha. Ayant compris les manipulations "des commissionnaires", j'avais écris une lettre ouverte à ce sujet.)

Suite et source


"Pour le sceptique, le doute est une fin; pour l’esprit méthodique, le doute est un moyen."

Hors ligne

 

#4  19 Sep 2010 13:30:00

House
Administrateur
Date d'inscription: 12 May 2010
Messages: 1042
Site web

Re: OSNI - OANI - USO - Les OVNI de l'eau

source : http://www.sott.net/articles/show/21494 … O-in-1980-


Notre collègue Esteban Coronel de l’Equateur nous a envoyé un cas très intéressant qui se rapporte à un des articles des infos d’hier: l’évènement de 1999 impliquant un objet non identifié qui a apparemment privé d’eau une installation militaire argentine.

Ce nouveau cas, de 1980, apparaît sur le site Web chercheur espagnol Juan José Benítez (www.planetabenitez.com) et a eu lieu en Janvier de cette année là, sans qu’on ait jamais déterminé de date. Trois jeunes argentins – Daniel Crescini, 16 ans, Federico Higa, 18 ans et Gustavo Moreno, 17 ans ont entrepris un voyage à la rivière Sali dans la province de Tucumán (nord de l’Argentine) avec un résultat totalement inattendu.

Le site de  Benítez cite un entretien avec Marcelo Eduardo Pichel, qui a réussi à parler avec les jeunes gens à l’époque :

« Le premier jour», a déclaré Crescini nerveusement, « nous nous sommes plutôt ennuyés. Les poissons ne mordaient pas avant la nuit … le lendemain, nous nous sommes levés tôt et l’un de gars a dit qu’il avait fait un cauchemar affreux et a même pensé que le sol tremblait. Nous ne lui avons pas prêté attention et sommes retournés à la pêche. Mais toujours pas de chance. Nous avons commencé à jouer aux cartes et presque la tombée du jour, nous avons réalisé  qu’en fait le sol   tremblait.

« C’était comme un tremblement de terre. Un bruit très fort semblait venir des profondeurs de la terre. Nous avons cherché dans tous les sens jusqu’à ce que nous ayonss vu un tourbillon d’eau dans la rivière. Il était éloigné d’environ cinquante mètres. Cette chose est passée de la surface de l’eau dans l’air, absorbé par un objet plat et métallique qui est resté  statique environ trois mètresau dessus de  la rivière. «

Federico Higa a continué l’histoire: « Il semblait immobile. Il n’avait pas de feux ou de hublots et ne semble pas à tourner sur lui mêms. Pour autant que je sache, les objets de ce genre tournent toujours sur eux même. Nous avons alors dit à Daniel d’aller chercher l’appareil photo, pour essayer de prendre un instantané. «

Pendant ce temps, Crescini, presque paralysé par ce qu’il voyait, se rendit à la tente et prit l’appareil photo (un Kodak 136) avec un film couleur. Un autre petit tremblement lui a fait perdre l’équilibre pendant qu’il courait.

« Nous étions tous très nerveux », a poursuivi Crescini. «Un des gars a  commencé à saigner du nez. Je ne pouvais même pas appuyer sur le déclencheur. La vue de l’objet m’a paralysé. Mes amis ont dû me pousser, et ils m’ont même donné des coups de pieds pour que je prenne  des photos. Et je l’ai fait alors que  l’objet commence à monter très lentement. «

À ce moment, les trois témoins ont eu un peu le vertige et se sont sentis étourdis. Le fait est qu’ils sont incapables de se rappeler ce moment avec précision. « Il semblait que cette« chose » a réalisé que nous la regardions», ajoute Higa. « L’observation a duré environ cinq minutes. Plus tard, la soucoupe volante – ou quoi que ce soit – a tout à coup poussé vers le haut et s’est perdue dans le ciel. «

Les environs de la rivière étaient  complètement désers. Les trois jeunes se souviennent d’avoir entendu des coups de feu ce jour-là (peut-être des chasseurs dans la région), mais il n’y avait pas d’autres témoins. Ils étaient les seuls à svivre l’expérience saisissante.

«Personne d’autre n’a vu l’OVNI, »  dit Crescini ensuite. « Quand il a disparu, nous avons levé le camp et je suis retourné à San Miguel de Tucumán, très effrayé. »

Les jeunes gens ont hélé un automobiliste qui a offert de les ramener à San Miguel de Tucumán, mais ils étaient incapables de dire un mot de ce qui leur était arrivé. Une fois la maison, ils ont emmené la pellicule à  développer à un magasin de photo local. Les expérimentateurs ont dit à Pichel lors de l’entretien  que le propriétaire du magasin avait offert dix millions de pesos pour les clichés, mais ils avaient décliné  l’offre, préférant conserver le souvenir de leur aventure à faire dresser les cheveux sur la tête. Dans un premier temps, les jeunes craignaient d’être méprisés s’ils racontaient leur histoire, mais l’offre pécuniaire du propriétaire du magasin de  photo avaient  renforcé leur confiance.

« S’il n’avait pas ri», a déclaré Moreno, « pourquoi riraient  les autres? Lorsque nous avons finalement eu la photo dans nos mains, nous n’avions plus de doutes. La «chose» qui nous a paralysé à River’s Edge n’était pas une l’hallucination. «

Moreno a raconté le minimum à  Pichel au cours de l’entrevue. Il a fait des cauchemars après l’expérience, en se réveillant au milieu de la nuit pendant deux nuits d’affilée, en proie à un sentiment d’angoisse. Les calculs montrent que l’objet figurant sur la photo mesurait de 25 à 30 mètres de diamètre, et peut-être trois à quatre mètres de haut à sa partie la plus épaisse.

Toute personne intéressée peut cliquer sur http://www.planetabenitez.com/ovnis5/1980argentina.htm pour jeter un œil sur le véhicule absorbant l’eau après son apparente « ravitaillement » opération était terminée.

http://i54.tinypic.com/6sqg6g.jpg



Merci à Mr.Coronel pour rechercher ces informations, et au légendaire JJ Benítez de les rendre disponibles.


"Pour le sceptique, le doute est une fin; pour l’esprit méthodique, le doute est un moyen."

Hors ligne

 

#5  19 Sep 2010 13:34:22

House
Administrateur
Date d'inscription: 12 May 2010
Messages: 1042
Site web

Re: OSNI - OANI - USO - Les OVNI de l'eau

Les observations d’OVNIS au Chili sont fréquents et beaucoup d’événements extraterrestre sont possible, beaucoup de ces étrange événement sont rapportés dans les médias du pays.

L’année dernière, l’eau dans le lac a tout simplement disparu en une nuit et étonnamment dans une forêts du Chili le ministère a blâmé un OVNI pendant l’événement après avoir été incapable de trouver des explications plus conventionnelles. Cette conclusion a été basée sur le fait que les habitants avaient vu des ovnis dans la région aspirer l’eau des rivières et des lacs.

Maintenant, ces images intrigantes (voir vidéo ci-dessous) on fait surface dans la région de Tenuco au Chili. L’OVNI a été filmé il y a une semaine le 10 Septembre aux alentours de 7h.Le témoin a demandé l’aide a des chercheurs d’OVNI spécialiser dans l’identification mais aucune réponse n’a été apportée.

L’objet, en effet, semble être un véritable OVNI.

Source: allnewsweb.com

Traduit par ZONE-UFO.com


"Pour le sceptique, le doute est une fin; pour l’esprit méthodique, le doute est un moyen."

Hors ligne

 

#6  19 Sep 2010 23:05:46

House
Administrateur
Date d'inscription: 12 May 2010
Messages: 1042
Site web

Re: OSNI - OANI - USO - Les OVNI de l'eau

Nouvelle Calédonie : deux OVNIs filmés au dessus de l'eau


http://i54.tinypic.com/121zwgz.jpg

Les 12 septembre dernier, lors de vacances à Nouméa en Nouvelle-Calédonie, un témoin a filmé deux OVNIs évoluant sur l'eau près de la côte.

Pendant quelques dizaines de secondes, il a pu capturer ces deux formes sombres indéterminées se déplaçant à la surface de la mer.

La vitesse de déplacement semble à priori exclure le fait qu'il puisse s'agir de bateaux. Dans la vidéo, il est dit que l'hypothèse des kite-surf semble également improbable. L'instabilité de la vidéo, due au fort zoom utilisé lors de la capture, empêche de bien discerner les objets et leurs mouvements.




http://i51.tinypic.com/2mc629w.jpg




Pourrait-il s'agit de gros ballons, un peu dégonflés après s'être échappés d'une fête voisine, flottant à la surface de l'eau? Leur taille est en tout cas impressionnante, à la fin de la vidéo on peut apercevoir un bateau passant en avant plan, ce qui donne une idée de l'échelle. A vue de nez, les objets semblent mesurer plusieurs mètres de diamètre.

Voici l'extrait complet de l'émission TV "Sunshine" dans laquelle on peut voir la vidéo filmée par le témoin :







Source


"Pour le sceptique, le doute est une fin; pour l’esprit méthodique, le doute est un moyen."

Hors ligne

 

#7  13 Oct 2010 00:02:22

House
Administrateur
Date d'inscription: 12 May 2010
Messages: 1042
Site web

Re: OSNI - OANI - USO - Les OVNI de l'eau

MUFON CMS: OVNI / OANI – Port Aransas, Texas Gulf Coast
octobre 2010

LIEN


"Pour le sceptique, le doute est une fin; pour l’esprit méthodique, le doute est un moyen."

Hors ligne

 

#8  13 Oct 2010 00:54:36

Thx428
Missionnaire
Lieu: BZH (29)
Date d'inscription: 2 Oct 2010
Messages: 477
Site web

Re: OSNI - OANI - USO - Les OVNI de l'eau

Articles très interessant! j'en connaissais quelques uns,notamment les apparitions d'ufo en Mediterranée vers Nice,mais je ne pensais pas qu'il y en avait eu autant de par le monde !

Hors ligne

 

#9  13 Oct 2010 20:42:16

jean-luc
Modérateur
Lieu: CAMBRAI (Nord)
Date d'inscription: 16 Jul 2010
Messages: 326
Site web

Re: OSNI - OANI - USO - Les OVNI de l'eau

Un OANI

Hors ligne

 

#10  13 Oct 2010 21:12:33

House
Administrateur
Date d'inscription: 12 May 2010
Messages: 1042
Site web

Re: OSNI - OANI - USO - Les OVNI de l'eau

à mon avis c'est un truquage, je suis déjà tombé dessus en faisant des recherches ... il faudrait remonter à la première vidéo etc ...


"Pour le sceptique, le doute est une fin; pour l’esprit méthodique, le doute est un moyen."

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Traduction par FluxBB.fr
Adaptation graphique par FluxBinaire