Archives et Dossiers Secrets

Devenez rédacteurs et soyez édités sur les secrets d'état, d'histoire et de géopolique

Vous n'êtes pas identifié.

Annonce

Archives et Dossiers Secrets c'est terminé. Le blog est en "lecture seule", témoignage de l'excellence de cette expérience. Toute l'équipe d'ADS remercie la Rédaction de la maison d'Edition Export Press et l'animateur radio Jean Claude Carton pour leur soutien sans faille. Nous vous invitons à éteindre vos télés, allumez vos cerveaux et prenez désormais vos informations sur CONTRE INFO.COM

MERCI ...

aux administrateurs et modérateurs : Carthoris, House, Hieronymus, Tobeor, Keats, Pégase, Meryl, Ressac, Organik, Neo Trouvetout et Jean Luc... aux rédacteurs : John Lloyds, Infomystères, Monsieur Mondialisation, Sylv1, Pégase, Hieronymus, Stefnou, Pierre Valcourt et Nolan Romy... aux membres : Apollo, Bob Rekin, Boris, Cosmos, Crystelle, Dread, Eddymdf, Fredolenray, Garf, GrandPas, Herveboy, Jay-k, Jean Claude Carton, Max, Marius, l’Hermite, Mike7917, Michel Thys, Nanouche, Non666, Phantom, Raphaël Charles, Psd503, Saint Just, Sopalin, Succube, Thx428, Tissou, Vitriol/Patrick Burensteinas, Voyageur, Adidier, Arckangel, Aries, Asse42, Logos, Nostalgeek, Rigel, Sergueï... et aux 32 sites partenaires qui nous référencent.
On évoque parfois le livre à emporter sur une île déserte... en réalité la question qu'il faudrait se poser est : " Et si je ne devais en lire qu'un ? "COMPRENDRE L'EMPIRE" d'Alain Soral est la synthèse de tout ce que l'on peut retenir de ce triste siècle... car pour savoir il faut déjà comprendre, et une fois compris c'est un devoir de faire savoir.

#1  28 Sep 2010 22:57:21

Carthoris
Administrateur
Date d'inscription: 12 May 2010
Messages: 2573

La Golden Dawn

LA GOLDEN DAWN - L'AUBE DOREE

http://carthoris.free.fr/Images/Golden%20Dawn%2003%20-%20Croix.png


A la fin du xixe siècle, l'Europe se prend d'une incroyable fièvre initiatique. Ordres hermétiques et sociétés secrètes fleurissent partout. En Angleterre, une société vouée à l'occultisme et à la magie regroupe de nombreux écrivains. Plusieurs des « anciens » de la Golden Dawn deviendront célèbres.
Y a-t-il eu des rapports entre cette société secrète et les premiers compagnons de Hitler ?
Golden Dawn (Aube dorée) : ce nom ne serrait qu'un signe ésotérique supplémentaire on ne soupçonnait pas certains initiés de cet ordre hermétique d'avoir eu des contacts avec les initiés des sociétés secrètes qui préparèrent l'Allemagne au national-socialisme. Il se peut que la Golden Dawn ait annoncé des journées sombres pour l'Europe...



http://carthoris.free.fr/Images/Golden%20Dawn%2009%20-%20Secret%20Society.png

http://carthoris.free.fr/Images/Golden%20Dawn%2002%20-%20Wynn%20Westcott.jpg

Tout commence par une farce, une sorte avec les initiés des sociétés secrètes qui pré- de canular pour étudiants attardés. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, vers 1860, l'Angleterre est, comme toute l'Europe, secouée d'un long frisson irrationnel. Le mouvement spirite s'empare d'une partie des élites. L'autre partie se mêle de franc-maçonnerie et d'ésotérisme. Les expériences de spiritisme se multiplient. C'est la grande époque des médiums et des illuminés.
Ceux qui sont tentés par l'occultisme et qui entendent s'y consacrer avec un minimum de sérieux viennent grossir les rangs de la société rosicrucienne. Parmi eux, trois amis :
William Wynn Westcott (1848-1925), qui est magistrat,
Samuel Liddell Mathers (1854-1918), un aventurier écossais, et le
Docteur William Robert Woodman, un médecin à la retraite.
Alors que la société théosophique et la société rosicrucienne recrutent qui veut bien adhérer, William Westcott se sent beaucoup plus élitiste. Il préfère le secret à la foule. Il entend limiter le nombre des adhérents de la société secrète qu'il rêve de former.



http://carthoris.free.fr/Images/Golden%20Dawn%2004%20-%20Sigle.jpg

Vers 1887, Westcott tombe en possession d'un manuscrit chiffré, d'apparence très ancienne. En fait, il est vieux d'une quinzaine d'années. Peu importe : Westcott, qui est féru de littérature hermétique, ne tarde pas à en percer le code, malgré une rédaction dans un alphabet inconnu. En fait, le document décrit une série de cérémonies pratiquées par une mystérieuse Golden Dawn. Franc-maçon depuis 1871 et conscient de la force que donne une tradition, Westcott va alors chercher à « inventer » un passé et des correspondants européens à sa Golden Dawn. C'est son ami Mathers qui va s'en charger. On ne connaîtra la supercherie qu'une 50aine d'années plus tard, en retrouvant un vieux lot de documents de l'époque.
Westcott et Mathers commencent par se trouver une source d'autorité en Allemagne. Ils composent, dans l'alphabet du manuscrit chiffré, un message destiné à authentifier cette source : « Le Sage Maître des étoiles est un chef parmi les membres de l'Aube dorée. C'est une célèbre soeur. Son nom est Fraulein Sprengel. Adressez les lettres qui lui sont destinées à Herr J. Enger, Hotel Marquardt, Stuttgart. Elle est 7 = 4, ou une adepte en chef. »http://carthoris.free.fr/Images/Golden%20Dawn%2007%20-%20Leaders.jpg
C'est pour le moins hermétique. Cela suffira pourtant aux postulants de la nouvelle société secrète, qui auront à traduire, à titre d'exercice et d'initiation à l'occultisme, la totalité du manuscrit codé.
Avec l'aide de Mina Bergson, la soeur du célèbre philosophe Henri Bergson, Mathers fabrique également un document qui confie la garde du temple d'Isis-Uranie n° 3 » à l'« Ordre hermétique de la Golden Dawn ». Le tour est joué. Les demandes d'affiliation affluent. Elles émanent de respectables bourgeois, avec un fort contingent de médecins et d'écrivains. Ils se voient proposer de très respectables travaux et un programme d'accès à des grades qui rappellent ceux de la franc-maçonnerie.
Le tableau de ces grades nous est connu. Il comporte dix degrés, après le stade du néophyte : Zelator, Theoricus, Practicus, Philosophus, Adeptus Minor, Adeptus Major, Adeptus Exemptus, Magister, Magus. Ipsissimus. Les trois derniers degrés correspondent à la dignité de chefs secrets de l'Ordre. Ceux-ci n'étaient autres que Mathers, le docteur Woodman et « Fraulein Sprengel ».



http://carthoris.free.fr/Images/Golden%20Dawn%2008%20-%20Magie.jpg

Pendant ses premières années d'existence. la Golden Dawn fonctionne comme une sorte de cours du soir pour occultomanes. Les accessoires théâtraux indispensables pour le passage d'un grade à un autre sont d'ailleurs très étudiés : Mathers a reconstitué un caveau complet, avec des fresques compliquées, aux couleurs symboliques. Trop étudiés, selon certains ! Mathers, s'il n'avait été qu'un amateur et un faussaire. n'aurait certainement pas eu accès à de telles connaissances...
A l'issue de cette « université de l'hermétisme », l'initié se trouvait en possession de tout ce qu'il fallait savoir - ou presque des traditions occultes européennes. Ces connaissances étendues expliquent en partie l'importance du rôle joué par la Golden Dawn dans l'ésotérisme britannique. Aujourd'hui encore, plusieurs cercles se réclament de cette société secrète. Pourtant, il devait y avoir autre chose. Derrière les rituels un peu désuets, nous avons vu qu'il y avait un enseignement authentique. Qu'y avait-il donc derrière cet enseignement ?
Si la Golden Dawn n'avait été qu'une aimable farce pour bourgeois épris de sciences secrètes, elle n'aurait pas recruté autant d'écrivains : Arthur Machen, l'auteur du Grand Dieu Pan, Bulwer-Lytton, qui a écrit Les Derniers Jours de Pompéi, Algernon Blackwood, le célèbre écrivain fantastique, Bram Stoker, le père de Dracula, Sax Rohmer, avec sa série des Fu-Manchu, Yeats lui-même, qui devait recevoir le prix Nobel de littérature, ont été membres de cette étrange société secrète... La Golden Dawn a également compté en son sein Florence Farr, la fameuse directrice de théâtre et maîtresse de George Bernard Shaw, plusieurs académiciens et des scientifiques de renom. Bref, plusieurs dizaines d'esprits de qualité. De l'aveu même de tous ceux qui ont eu l'occasion de parler de leur initiation à la Golden Dawn, leur vue du monde a été changée après leur passage dans cet Ordre.



http://carthoris.free.fr/Images/Golden%20Dawn%2001%20-%20Machenand%20Waite%201936.jpg

En 1903, Waite succéda à Yeats comme Grand Maître. Le premier acte de celui-ci en vertu de son nouveau statut fut une réforme des principes fondamentaux de l'Ordre : il proclama la primauté de l'accomplissement spirituel (accent mis sur la connaissance ésotérique et la quête de la Vérité) sur l'accomplissement matériel (que présuppose l'occultisme en général, et la magie en particulier). Voyant dans cet acte de négation du fondement même de la Golden Dawn (à savoir la pratique des sciences occultes) l'annihilation pure et simple de l'Ordre, l'ancien Grand Maître Yeats s'opposa vivement à Waite. Deux camps se formèrent alors : l'un regroupant les partisans de la réforme et représenté par William Alexander Ayton, (relativement peureux en matière d'opérativité), bras droit de Waite, et l'autre rassemblant, aux côtés de l'ancien Grand Maître Yeats, les conservateurs.

La querelle dura deux ans, après quoi le camp Yeats fini par aller fonder son propre ordre (La Stella Matutina, l'« Étoile du Matin ») — transposition parfaite de la Golden Dawn avant la réforme de Waite, faisant sécession de ce qui prit alors le nom de Holy Order of the Golden Dawn (« Saint Ordre de l’Aube dorée » ; l’expression « saint ordre » illustrant davantage les nouvelles tendances mystiques insufflées par Waite) et qui continua du reste à être ébranlé par des luttes intestines jusqu'à sa dissolution en 1915, suite au départ de Waite. Après ce « schisme de 1905 », qui fut le véritable coup de grâce pour l'Ordre Hermétique de l'Aube dorée, certains initiés restés neutres dans la lutte entre le camp Yeats et le camp Ayton préférèrent aller fonder, seul ou par groupe, leur propre fraternité.



http://carthoris.free.fr/Images/Golden%20Dawn%2006%20-%20Crowley.jpgPlusieurs branches virent alors le jour :
- La Stella Matutina (« branche Yeats ») — sus-mentionnée ; groupe traditionaliste scissioniste qui, désapprouvant la réforme de Waite, fonda cet ordre pour faire perdurer la Golden Dawn originelle.
- Le Saint Ordre de l'Aube dorée (« branche Waite ») — également mentionné ; nom que prit la Golden Dawn suite à la réforme ; auto-dissout en 1915.
- L'Ordre Rosicrucien Alpha & Omega (« branche Mathers ») — arrêté en 1939.
- L'Astrum Argentum (« branche Aleister Crowley »).
- L'Ordre Solaire (« branche Brodie-Innes »).
- L'Ordre de la Lumière (« branche Pattinson »)
- Builders Of The Adytum (« branche Paul Foster Case »).


http://carthoris.free.fr/Images/Golden%20Dawn%2005%20-%20Grece.jpg

Arthur Machen peut nous guider, par ses écrits, sur la nature du véritable message de la Golden Dawn. Dans une lettre à l'écrivain Paul-Jean Toulet, il signale :« Quand J'écrivis Pan et La Poudre blanche, je ne croyais pas que d'aussi étranges événements fussent arrivés dans la vie réelle, ou même aient jamais été susceptibles de se produire. Mais depuis, et tout récemment, il s'est produit dans ma propre existence des expériences qui ont tout à fait changé mon point de vue à ce sujet. Je suis désormais convaincu qu'il n'y a rien d'impossible sur la Terre. Je crois que nous vivons dans un monde de grands mystères, de choses insoupçonnées et réellement stupéfiantes. »
Un des thèmes dominants de l'oeuvre d'Arthur Machen est l'accent mis sur l'Europe d'avant le christianisme. En cela. au moins, il reste fidèle à l'engagement néopaïen des initiés de la Golden Dawn. Cet écrivain est né dans un endroit prédestiné : Caerlson-on-Usk, dans le pays de Galles, un minuscule village où le roi Arthur a\ait sa cour et d'où les chevaliers de la Table ronde sont partis pour aller chercher le Graal.
Après le néo-paganisme, le wagnérisme! Curieux Machen ! Et, maintenant, l'ésotérisme : en 1914, deux mois après la déclaration de guerre, il publie « Les Archers » une nouvelle fantastique où il imagine l'arrivée des archers de saint Georges, venus sur le champ de bataille pour secourir les fantassins anglais. Il recevra des dizaines de lettres de soldats qui ont vu, comme dans la nouvelle de Machen, les anges mettre en déroute les Allemands !
On pourrait trouver d'autres coïncidences pour le moins troublantes : la fondation, dans le Berlin prénazis, d'une société secrète destinée à l'étude d'un livre de Bulwer-Lytton, La race qui nous supplantera ; l'appartenance des premiers membres du Parti national-socialiste à des sociétés comme Thulé ou la Société du Vril, fondée par d'anciens rose croix ; le mythe du « Grand Supérieur inconnu », commun aux mystiques de la S.S. et aux initiés de la Golden Dawn...



Quel savoir, « interdit » au reste des mortels, a bien pu passer entre occultistes britanniques et futurs nationaux-socialistes ? Quelles idées étranges, dont, peut-être. les théories d'Horbiger, le « mage » de Hitler, qui croyait que la Terre était creuse ?

A défaut de réponses précises, on doit se contenter d'hypothèses. Il y a trop de coïncidences pour qu'il n'y ait rien. Une chose certaine pourtant : le fantastique inquiétant des écrivains de la Golden Dawn est porteur de trop de vérités essentielles pour n'avoir pas été  inspiré. Et pour ne pas avoir, en retour, « inspiré » des pratiques plus inquiétantes encore !



Sources : Keen.com + Inexpliqué + Wikipedia


Toutes les opinions sont respectables, c'est vous qui le dites ! Moi je dis le contraire, c'est mon opinion respectez-là !

Hors ligne

 

#2  30 Sep 2010 22:18:55

Carthoris
Administrateur
Date d'inscription: 12 May 2010
Messages: 2573

Re: La Golden Dawn

ALEISTER CROWLEYhttp://carthoris.free.fr/Images/Aleister%20Crowley%20-%2001.jpg

Aleister Crowley, un des Anglais qui eurent la plus mauvaise réputation au XXe siècle, avait beaucoup de centres d'intérêts : la montagne, la poésie, les drogues, la pornographie et la « magik » (mot inventé par Crowley). Voici l'histoire de cet homme qui se prenait pour la « bête » de l'Apocalypse.



http://carthoris.free.fr/Images/Aleister%20Crowley%20-%2003.jpg

A la fin du XX° siècle, les chercheurs psychiques, qui ont tendance à s'intituler eux mêmes «  parapsychologues », sont largement intéressés par des phénomènes mentaux tels que la télépathie et la prédiction. Cependant, si importantes que soient les implications scientifiques de ces supposés phénomènes, ils sont infiniment moins spectaculaires que la lévitation ou les matérialisations, qui attiraient le plus les chercheurs psi pendant la période allant de 1860 à 1930. A cette époque, il y avait de nombreux médiums, dont le plus important, à part le grand D.D. Home, était une Italienne, Eusapia Palladino, dont les pouvoirs impressionnèrent des chercheurs aussi sérieux qu'Everard Feilding et Hereward Carrington.
Cependant, un chercheur amateur particulier ne fut pas du tout impressionné. Après une séance avec Palladino, il conclut qu'elle n'était qu'une habile illusionniste et que ceux qui avaient relaté ses actions surnaturelles, notamment la création d'un « membre ectoplasmique », avaient été dupés. La séance en question eut lieu en 1913, et le chercheur essayait de répondre à une question qui s'était présentée à son esprit «'Feilding et les autres sont habiles, expérimentés et critiques, mais, même ainsi, puis-je être sûr que, lorsqu'ils décrivent ce qui se passe, ils sont des témoins sûrs ? »
Palladino s'assit au bout de la table ; derrière elle, une armoire fermée d'un rideau contenait un socle sur lequel étaient placés les différents objets qui devaient être manipulés par son bras fantôme. Son poignet droit était tenu par Mary d'Este Sturges, et le gauche par le chercheur qui avait organisé la séance.
Celle-ci commença d'une façon typique de la plupart des démonstrations de Palladino le rideau fermant l'armoire se souleva, puis tomba sur le bras gauche du médium et la main droite du chercheur. En tournant la tête, le chercheur put voir l'intérieur du placard, où il aperçut les mouvements d'un bras gauche spectral. Il se tint le raisonnement suivant : il ne pouvait pas s'agir du bras gauche du médium, puisqu'il le tenait fermement. Mais, comme le bras mystérieux disparaissait, il sentit soudain le poignet de Palladino se glisser dans sa main, bien qu'il n'eût jamais été conscient d'avoir relâché sa prise.
Cet incident mineur mais significatif conduisit l'enquêteur à discréditer tous les rapports donnés par ceux qui avaient assisté aux séances de Palladino. « Si moi, dit-il, je ne suis pas capable de savoir si je tiens ou
non le poignet d'une femme, n'est-il pas possible que même des experts, forcément abusés par la rapidité avec laquelle un phénomène surprenant succède à un autre, ne puissent se tromper quant aux conditions du contrôle ? »


Ce chercheur en vint à avoir des séances avec d'autres médiums et à étudier les conclusions d'autres chercheurs psychiques. En conséquence de quoi il devint absolument sceptique, décidant que la plupart des phénomènes relatés dans les séances de spiritisme étaient des tromperies ou des illusions.
Peut-être est-il surprenant que ce chercheur particulier en vienne à des conclusions aussi négatives. Car, loin d'être un pur matérialiste, il fut lui-même un occultiste distingué ; ce n'était autre en effet qu'Aleister Crowley, le magicien pratiquant qui fut dénoncé comme l'« homme le plus pervers du monde ». Ce mélange d'incroyance envers le spiritisme et de croyance aveugle envers la magie rituelle était bien typique de son caractère ; un réseau d'ambivalences et de paradoxes court à travers sa vie, son enseignement et ses relations avec autrui.
Edward Alexander Crowley - il abandonna plus tard ses prénoms chrétiens pour celui plus étrange de « Aleister » - naquit en octobre 1875. Ses parents étaient membres de la Fraternité de Plymouth, la plus rigide des sectes protestantes, et ils élevèrent leur fils unique dans des croyances strictes : chaque mot de la Bible était la vérité littérale, inspirée par le Saint-Esprit ; les Églises catholique et anglicane étaient des « synagogues de Satan »; enfin, la plus grande partie de l'humanité était tout juste destinée par Dieu à rôtir dans les flammes de l'enfer pour l'éternité.
Le vieux Crowley mourut en 1887, et le jeune Aleister devint l'objet de la haine fanatique de sa mère. Plus d'une fois, elle l'accusa d'être la « bête » du livre de l'Apocalypse, dont le nombre est, dit-on. 666. A la fin de sa vie, Crowley fit tout ce qu'il put pour se conformer à cette image archétypale. Il en vint peut-être même à croire lui-même qu'il était la bête biblique.
On l'envoya dans une école dirigée par les membres de la Fraternité. Ses expériences y furent telles qu'il ne tarda pas à perdre la foi chrétienne et à nourrir une haine féroce contre la Fraternité et ses croyances, haine qui durerait toute une vie longue et mouvementée.
En octobre 1895, Crowley, en possession d'une fortune de 30 000 livres qu'il avait héritée en atteignant sa majorité, devint étudiant au Trinity College de Cambridge. Ses trois années à l'université furent heureuses ; il collectionna les livres rares, écrivit beaucoup de poèmes, passa ses vacances à escalader les Alpes et s'intéressa à l'occultisme.


http://carthoris.free.fr/Images/Aleister%20Crowley%20-%2002.jpg

Sa première « Femme Ecarlate », Rose Kelly, était la soeur de son ami Gérald Kelly, il en fut fou amoureux, de leur liaison naquit une fille qu’il nomma Lilith (Nuit Ma Ahathoor Hecate Sappho Jezebel Lilith est son nom complet), selon l’avis de Crowley, Lilith préside à l’érotisme, à la magie sexuelle et à la magie noire.

Rose s’avère être une médium extraordinaire et c’est au Caire, lors de séances de médiumité que par la voix de Rose, elle-même guidée par une entité assyrienne appelée Aïfass, que Maître Thérion va avoir la révélation du livre qu’il doit rédiger « Le Livre de la Loi » (Liber Al Vel Legis, Sub Figura CCXX), le texte est d’inspiration rabelaisienne et nietzschéenne.
L’essence même de ce livre peut se résumer par « Fais ce que tu veux sera le tout de la loi », dans l’imagerie Thélémite, « le sacerdoce est entre les mains d’un couple : le prince-prêtre de la Bête et sa femme, appelée la Femme Ecarlate. Deux personnages venus tout droit de l’Apocalypse de Jean, ouvrage très connu du mage, qui s’identifie maintenant à « The Great Beast, ou 666 de l’Apocalypse de Jean ».

La croyance en des couples magiques a toujours été très forte dans certaines sociétés secrètes, or Crowley n’aura jamais la possibilité de vivre avec son vrai double ;  la preuve en est, Aleister ne gardera aucune de ses nombreuses maîtresses.


Cela l'amena, en 1898, à devenir néophyte - membre étudiant - de l'Ordre hermétique de l'Aube dorée » (la célèbre Golden Dawn), une société à demi secrète qui se livrait à l'étude des « sciences et des arts occultes », comprenant l'évocation des esprits. la divination et même l'alchimie.
Crowley considérait la plupart de ses collègues de la Golden Dawn comme d'absolues nullités, mais il était impressionné par les capacités magiques de deux d'entre eux, Cecil Jones et Allan Bennett. Ce dernier s'installa dans l'appartement de Crowley à Londres, et ils menèrent de concert maintes expériences occultes parmi lesquelles la consécration - chargement de forces magnétiques et magiques - d'un talisman destiné à guérir une certaine Lady Hall d'une maladie grave.
Cela fut dûment préparé et mis en oeuvre. Malheureusement, ni Lady Hall ni sa fille ne suivirent les Indications précises de Crowley, aussi, quand le talisman fut appliqué à la vénérable vieille dame », elle fut « saisie d'une violente série de crises dont elle faillit mourir ».
http://carthoris.free.fr/Images/Aleister%20Crowley%20-%2005.jpgLa consécration qui produisit ces effets déplaisants fut probablement menée dans ce que Crowlev appelait le «Temple blanc ». Une pièce tapissée de miroirs et vouée à lu magie blanche. Mais l'appartement comprenait aussi une autre pièce, le (, Temple noir », dont l'autel était posé sur la statue d'un Noir debout sur les mains, et qui contenait un squelette dont Crowley s'était entiché au point de lui sacrifier des moineaux. Il semble y avoir eu une atmosphère plutôt sinistre autour de l'appartement de Crowley.
Un soir de 1899, lui et un ami, également occultiste, sortirent pour dîner. A leur retour. ils s'aperçurent que la porte fermée à clef du Temple blanc avait été mystérieusement ouverte, les meubles renversés et que les « symboles magiques » qu'il contenait avaient été éparpillés un peu partout Tandis que Crowlev et son ami remettaient la pièce en ordre. ils observèrent « des êtres à demi matérialisés... qui marchaient autour de la pièce principale en une procession sans fin ».
En 1900, la Golden Dawn se scinda en deux factions opposées. Crowley s'arrangea pour se fâcher avec les deux, et, pendant les trois années qui suivirent, il perdit tout intérêt pour l'Occultisme occidental. En remplacement, il écrivit de la poésie, voyagea à travers le monde et épousa une dame qu'il appela «  Ouarda la Voyante », bien qu'elle ne connût pas grand-chose à l'occultisme et que, d'ailleurs, elle ne s'en souciât guère.
En mars 1904, ils se trouvaient tous deux au Caire. Crowley, désireux de montrer ses pouvoirs occultes à sa femme, entreprit une série de rites magiques. Les résultats, s'il faut en croire ses Mémoires, furent étonnants. Il reçu un message psychique qui explosa dans son cerveau, venant d'une source inconnue, et lui annonça qu'une nouvelle époque de l'Histoire allait commencer : lui, Crowley, avait été choisi pour être le prophète de ce nouvel âge. La femme de Crowley reçut aussi un message : son mari devait s'asseoir pendant une heure, durant trois jours consécutifs, avec une plume et un papier devant lui. Les dieux lui dicteraient alors, avec des voix audibles seulement pour leur prophète élu, l'évangile du nouvel âge qui allait commencer.



http://carthoris.free.fr/Images/Aleister%20Crowley%20-%2006.jpg

Crowley obéit à ces directives. Il entendit une voix probablement issue des profondeurs de son propre esprit, et écrivit les mots qui lui étaient dictés. Le résultat fut le Livre de la Loi, un poème en prose que Crowley en vint à croire inspiré, exactement de la même façon que ses parents avaient cru que la Bible est un livre inspiré.
La signification de plusieurs parties du Livre de la Loi est obscure. Crowley même admettait que certains passages dépassaient sa compréhension. Mais le message de base était clair. Crowley serait le prophète d'une autre ère, « l'âge d'Horus ». Dans cette ère nouvelle, toutes les vieilles religions de l'humanité, - christianisme, islamisme bouddhisme - s'écroulaient et étaient remplacées par une foi nouvelle «de force et de f dont le principe moral de base serai complet accomplissement de soi-même. Car chaque homme ou femme étant étoile », en d'autres mots, chaque individu avait le droit absolu de se développer sa propre voie :« Fais ce que tu sens être en plein dans la Loi, disait le nouvel évangile car tu n'as pas d'autre droit que de faire volonté »; et : « le mot péché est restrictif ». A la décharge de Crowley et de ses disciples, on doit préciser qu'il était bien signifié que « fais ce que tu voudras » ne veut pas dire « fais ce que tu aimes ».
http://carthoris.free.fr/Images/Aleister%20Crowley%20-%2007.jpg« Quand le Livre de la Loi dit " fais ce que tu voudras ", expliquait Crowley. cela signifie :" trouve le genre de vie qui est en accord avec ta nature la plus profonde ensuite vis-la pleinement ". Pendant quelques années. Crowley ne crut qu'à moitié à la vérité et à l'importance du Livre de la Loi ; mais en 1910 il l’avait maitrisé, et il voua le reste de sa vie à répandre ce message et à convertir autrui à la croyance que lui, Aleister Crowley. était le, nouveau messie.
Les méthodes qu'il adopta pour en parvenir à ses fins incluaient la réalisation de nombreux livres, dont la plupart furent publiés à ses frais ou à ceux de ses amis ou disciples, la création de deux fraternités occultes, la réalisation de cérémonies occultes au (Caxton Hall de Londres, et même la fondation d'une «  abbaye », située dans une ferme sicilienne à demi en ruine, dont les habitants se vouèrent aux pratiques de la foi nouvelle.
Dans les années qui précédèrent la Première Guerre mondiale, Crowley et ses quelques disciples entreprirent une campagne de propagande intensive en Angleterre. Celle-ci, bien qu'elle coûtât à Crowley toute sa fortune, ainsi qu'une partie de celle de ses amis, fut sans succès. II y eut peu de conversions, et Crowley fut l'objet d'une publicité tout à fait défavorable.
En 1914, Crowley partit pour les États Unis avec sa religion nouvelle, espérant que les Américains seraient plus réceptifs à un nouvel évangile et à la « magik », le système occulte de Crowley dérivé de sa propre synthèse de l'occultisme occidental, des enseignements contenus dans le Livre de la Loi et du tantrisme - yoga théorique et pratique largement empreint de sexualité - qu'il avait appris de sources orientales.



http://carthoris.free.fr/Images/Aleister%20Crowley%20-%2004.jpg

Mais le Nouveau Monde fut encore plus résistant à la parole de Crowley que l'Ancien. Les six années que le prophète « autoproclamé » passa en Amérique furent pleines de soucis. Il manquait perpétuellement d'argent, fit peu de conversions et fut accusé d'être un traître à sa propre patrie. Non sans raison, car, tandis que les Etats-Unis entraient en guerre en 1917, il gagnait médiocrement sa vie en éditant une feuille de propagande pro-allemande.
En 1920, il revint en Europe avec ses deux maîtresses - Crowley eut toujours une vigoureuse vie sexuelle - et fonda en Sicile son « abbaye de Thélème » (un mot magique, signifiant « le nouvel éon », mais que Crowley traduisait par « volonté»). Pendant quelque temps, tout se passa à peu près bien. Les Siciliens étaient curieusement tolérants à l'endroit de Crowley, de sa « magik » et des nombreux disciples, réels et potentiels, qui venaient à l'« abbaye ». Parmi eux, il y avait Jane Wolfe, une starlette d'Hollywood, Norman Mudd, un professeur de mathématiques borgne, et Raoul Loveday, un brillant jeune diplômé d'Oxford qui avait résolu de consacrer sa vie à la nouvelle religion de Crowley. Loveday mourut pendant son séjour à l'« abbaye », probablement d'entérite. Sa femme, qui pensait qu'il avait été empoisonné par du sang qu'il avait bu au cours d'une cérémonie occulte, retourna à Londres et commença une violente campagne de presse contre Crowley. A la longue, cette campagne où Crowley se voyait traité de « bête à la face humaine » amena la fermeture de « l'abbaye ». Les autorités siciliennes l'expulsèrent en hâte.



Le reste de la vie de Crowley fut, de nombreuses manières, un retour à des voies plus sages. Il vagabonda à travers l'Europe, vieil homme solitaire et de plus en plus malheureux, et finit par mourir en 1947.
A sa mort, il ne lui restait plus que quelques disciples ; aujourd'hui ils sont des milliers car ses enseignements sont en quelques sortes plus appropriés à notre époque qu’’à celle où il vécut... de là a y entrevoir un recul de la civilisation...



Sources complémentaires : Kaosphorus.net- Hérésie.com


Toutes les opinions sont respectables, c'est vous qui le dites ! Moi je dis le contraire, c'est mon opinion respectez-là !

Hors ligne

 

#3  1 Oct 2010 13:44:38

Carthoris
Administrateur
Date d'inscription: 12 May 2010
Messages: 2573

Re: La Golden Dawn

Extraits de textes d'Aleister Crowley: DDLR : (ne pas rire) ceci a dû inspirer les épopées de Conan le Barbare et le film "Fallait pas" interprété par François Morel et Gérard Jugnot.

http://carthoris.free.fr/Images/Aleister%20Crowley%20-%2009.jpg

Fais ce que tu veux sera le tout de la Loi.

- Que mes serviteurs soient peu et secrets : ils règneront sur la multitude et le connu.

- Ce sont des fous que les hommes adorent ; leurs Dieux et leurs hommes sont également fous.

- Montrez vous, ô enfants, sous les étoiles, et prenez votre comble d'amour ! Je suis au-dessus de vous et en vous. Mon extase est dans la votre. Ma joie est de voir votre joie.

- Brûle sur leurs fronts, ô splendide serpent !

- De ces fous d'hommes et leurs malheurs ne te soucie pas ! Ils ressentent peu ; ce qui est, est équilibré par de faibles joies ; mais vous êtes mes élus.

- Le mot du Péché est Restriction. homme ! ne refuse pas ta femme si elle veut !  amoureux, si tu le veux, pars ! Il n'est d'autre lien que l'amour qui puisse unir le divisé : tout autre est une malédiction. Maudit ! Maudit soit-il pour les éons ! Enfer.

- Que soit cet état de multitude lié et odieux. Ainsi avec ton tout ; tu n'as nul droit hormis faire ta volonté.

- Fais ainsi, et nul ne dira nenni.

- Car le pur vouloir, inassouvi d'objet, libéré de la soif de résultat, est en tout point parfait.

- Invoque moi sous mes étoiles ! L'amour est la loi, l'amour sous la volonté. Ni ne laisse les fous se méprendre sur l'amour ; car il y a amour et amour. Il y a la colombe, et il y a le serpent. Choisissez bien ! Lui, mon prophète, a choisi, connaissant la loi de la forteresse, et le grand mystère de la Maison de Dieu. Toutes ces vieilles lettres de mon Livre sont correctes ; mais n'est pas l'Etoile. Cela aussi est secret ; mon prophète le révélera aux sages.

- Nous n'avons rien à faire avec les pariats et les incapables : qu'ils meurent dans leur misère. Car ils ne ressentent pas. La compassion est le vice des rois : piétine les misérables et les faibles : c'est la loi du fort : c'est notre loi et la joie du monde. Ne réfléchis pas, ô roi, à ce mensonge : Que Tu Dois Mourir : en vérité tu ne mourras pas, mais vivras. Que ceci soit maintenant compris : Si le corps du Roi se dissout, il demeurera à jamais dans une pure extase. Nuit ! Hadit ! Râ-Hoor-Khuit ! Le Soleil, la Force et la Vue, la Lumière ; ceux-ci sont pour les serviteurs de l'Etoile et du Serpent.

- Je suis le Serpent qui donne Connaissance et Plaisir

- La conclusion des mots est le Mot


Toutes les opinions sont respectables, c'est vous qui le dites ! Moi je dis le contraire, c'est mon opinion respectez-là !

Hors ligne

 

#4  1 Oct 2010 17:35:36

Saint Just
Administrateur
Date d'inscription: 17 Jul 2010
Messages: 219

Re: La Golden Dawn

Un recul de la civilisation, peut-être pas, le propos est par trop général, mais une dégénérescence de certains admirateurs ou addeptes de celui qui portait bien le nom de "Bête" oui certainement.
Nous nous trouvons malheureusement à notre époque en présence de quantités de mouvements populaires satanistes et/ou gothiques entrainés par la plupart du temps par une mode macabre irrévérencieuse et l'opportunité pour certains artistes musicaux ou artistiques qui ont trouvés une nouvelle manne d'enrichissement dans l'exploitation de l'abrutissement de certains esprits faibles.
La prolifération des gourous , voyants et charlatans de tout ordre allant de pair avec la lente dégradation des moeurs et l'exploitation de la misère humaine.

Voici un complément trouvé sur la fin, car Dieu soit loué tout a une fin:

Chute et fin d'un sorcier



Soupçonné de sympathie avec le communisme par les fascistes - par ailleurs hostiles à la franc-maçonnerie -, Aleister Crowley reçoit le 23 avril 1923 un avis d'expulsion du territoire italien. L'Abbaye de Thélème est contrainte de fermer ses portes. C'est alors le début d'une lente descente aux enfers pour celui qui se fait appeler le « maître Therion », toujours en référence à l'Apocalypse. Après sa rupture avec Leah Hirsig en septembre 1925, il va errer de femme en femme et de pays en pays. Il est expulsé de France par décret ministériel le 5 février 1929. En Allemagne, il se fait passer à tabac par un commando nazi. C'est pendant ces années-là qu'il publiera, via la maison d'édition Mandrake Press, certains de ses livres les plus connus : Magick in theory and practice, The Confessions, Moonchild, The Stratagem ... En 1930, il organise une exposition fort réussie de 73 de ses peintures et dessins à la galerie Porza, à Berlin. D'autre part, il se lie avec le poète portugais Fernando Pessoa et le chef communiste Thaelmann qu'il tente de convertir à la loi de Thélème. L'année de ses 60 ans, Aleister Crowley est déclaré en banqueroute personnelle. Au même moment, sa maîtresse, Patricia Deirdre Mac Alpine, lui donne un fils, Aleister Ataturk, qui décèdera en 1978. Alors que les loges de ses adeptes sont démantelées en Allemagne par la Gestapo, il compte de nombreux disciples en Angleterre et en Californie. C'est grâce à leur soutien que Crowley peut continuer à vivre et publier quelques livres. Il lui faut attendre la fin de sa vie pour devenir un gourou respecté et vénéré. La guerre venue, il contribue à la résistance britannique contre le nazisme en publiant divers poèmes patriotiques et antinazis. Il prétend même avoir été le premier à suggérer au Foreign Office, soit le ministère des affaires étrangères britannique, l'utilisation du signe V. En 1945, très affaibli, Crowley s'installe dans une pension de famille à Hastings et, le 1er décembre 1947, y décède d'une faiblesse cardiaque. Le 5 décembre, son corps est brûlé dans le crématorium de Brighton.

Ce jour-là disparaît dans les flammes la dépouille d'un des personnages les plus maléfiques mais aussi les plus énigmatiques du XXème siècle, considéré par certains comme un vulgaire gourou annonçant l'ascension de sectes à l'image de l'Eglise de Scientologie, mais par d'autres comme une figure centrale de l'ésotérisme occidental, un poète et un écrivain de haut niveau. Ce qui est certain, c'est qu'Aleister Crowley, de par sa sexualité débridée, son goût immodéré pour les drogues, sa passion du voyage ou encore son passage par le bouddhisme, est en quelque sorte le premier beatnik et le premier hippie de l'histoire, et prophétise la révolution sexuelle. Faut-il en effet rappeler que Timothy Leary, le chercheur de l'université de Harvard qui contribua à populariser l'usage du LSD et, de ce fait, grande figure de la culture underground des années 1970, revendiquait publiquement sa filiation thélémite ? De manière plus anecdotique, on peut aussi souligner que les Beatles avaient décidé de faire apparaître le visage de Crowley sur la pochette de leur disque Sgt. Pepper's lonely heart's club band en 1967, ou encore que le manoir de Boleskine fut racheté et restauré dans les 70's par le chanteur de Led Zeppelin, Jimmy Page, qui ne cachait pas sa fascination pour le « maître Therion ». Sur le plan idéologique, alors que certains n'hésitent pas à situer sa pensée à l'extrême droite, il semble au contraire plus juste de soutenir qu'Aleister Crowley fut un libéral, au sens premier du terme, que l'on pourrait rattacher à l'école dite des « libertariens » ce dont témoigne la maxime qui devint son credo et qu'il s'efforça de s'appliquer durant toute sa vie : « Do what thou wilt shall be the whole of the law » (1). Se situant à mi-chemin entre tradition et modernité, Aleister Crowley fut décidément un homme de son temps, préfigurant ce XXIème siècle qui, si l'on en croit Malraux, « sera spirituel ou ne sera pas ».

Mathieu Bollon


"Un peuple n'a qu'un ennemi dangereux : c'est son gouvernement." Louis Antoine de Saint Just

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Traduction par FluxBB.fr
Adaptation graphique par FluxBinaire